Chad + 6 more

L'OIM lance un appel urgent de 160 millions de dollars afin de poursuivre l'évacuation de migrants fuyant la crise libyenne

Source
Posted
Originally published

Libia - Alors que la crise libyenne ne montre aucun signe d'essoufflement et compte tenu des milliers de migrants qui fuient le pays quotidiennement et qui nécessitent une aide au retour chez eux, l'OIM lance, aujourd'hui, un appel urgent de 160 millions de dollars afin de lui permettre de continuer à fournir de l'aide humanitaire essentielle et une aide à l'évacuation.

Près de 410 000 personnes ont déjà fui la violence en Libye depuis le début de la crise fin février, et la majorité d'entre eux ont besoin d'aide à leur évacuation.

Avec le soutien du HCR et de plusieurs gouvernements, l'OIM a déjà évacué près de 84 000 migrants vers leurs pays d'origine. En outre, l'OIM a évacué, en toute sécurité, non moins de 2 310 personnes depuis Benghazi vers l'Egypte, par voie terrestre ou maritime.

L'appel d'aujourd'hui à la communauté internationale permettrait à l'Organisation d'évacuer 75 000 personnes supplémentaires qui parviennent à fuir la violence en Libye, ainsi que des groupes à l'intérieur même du pays, si possible.

Il permettrait également de poursuivre la fourniture d'aide humanitaire, à savoir de la nourriture et des soins médicaux dans les zones frontalières, des examens médicaux avant le départ pour les évacués et des renvois vers des spécialistes pour les personnes particulièrement vulnérables, en plus de fournir une aide à la réintégration de certains des migrants tunisiens et égyptiens de retour.

Il s'agit du troisième appel de l'OIM depuis le début de la crise libyenne. Jusqu'à présent, l'Organisation a reçu des promesses de dons ou des fonds à hauteur de 44 millions de dollars, loin de la somme demandée.

Par conséquent, le financement pour les opérations de l'OIM est désormais épuisé. L'OIM a été forcée de réduire considérablement le nombre de personnes qu'elle est en capacité d'aider, passant de plus de 6 000 par jour au pic de ses opérations à un strict minimum.

Cela en dépit du fait que non moins de 6 000 personnes fuient la Libye chaque jour vers l'Egypte et la Tunisie seulement et des milliers d'autres vers le Tchad et le Niger.

Plus de 12 000 migrants restent bloqués à la frontière libyenne avec la Tunisie et l'Egypte et un nombre encore plus important de migrants a besoin d'aide au Niger, en Algérie et au Tchad.

Ceux qui attendent une aide en Tunisie et en Egypte deviennent de plus en plus impatients de rentrer chez eux et cherchent désormais des solutions alternatives à leur situation.

Le personnel de l'OIM sur le terrain rapporte que les longs retards d'évacuation causés par le manque de fonds forcent certains migrants à se tourner vers des passeurs pour les emmener en Europe.

Mercredi 30 mars, 150 migrants ont été approchés par la police tunisienne au port de Sfax, à 150 km du camp de Choucha, à la frontière entre la Tunisie et la Libye, alors qu'ils tentaient de fuir par la mer vers l'île italienne de Lampedusa.

Dans le même temps, la situation à la frontière entre la Libye et le Niger continue d'être critique alors que de plus en plus de migrants continuent d'arriver à Dirkou, ville frontalière qui compte 4 000 habitants.

Le personnel de l'OIM à Dirkou rapporte que 30 camions transportant des migrants qui se trouvaient entre Madama et Dirkou arrivent, chaque jour, avec 8-10 personnes. Bien qu'elles soient principalement d'origine nigérienne, il y a plusieurs centaines de migrants d'autres nationalités, notamment une famille palestinienne de 10 personnes, qui a demandé à l'OIM de la nourriture.

Le consul de Sabha, principale ville du centre de la Libye, a déclaré à l'OIM que 34 000 migrants étaient bloqués dans la ville avec des laissez-passer mais ne disposaient pas de moyens de transport pour sortir du pays et qu'ils avaient besoin de nourriture et d'eau.

Plus de 20 000 migrants ont traversé la frontière libyenne vers le Niger jusqu'à présent, dont plus de la moitié au cours des deux semaines passées.

« La recrudescence des arrivées au Niger, au Tchad et désormais aussi à Malte montre la propagation géographique de cette crise migratoire qui est loin d'être terminée. Plus que jamais, nous appelons les donateurs à maintenir leurs dons. Nous sommes dans cette lutte pour une longue durée et nous devons garantir collectivement que la détresse de ceux qui fuient la violence en Libye ne se prolonge pas à cause du manque de fonds », déclare William Lacy Swing, Directeur général de l'OIM.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Jean Philippe Chauzy IOM Geneva Tel: +41 22 717 9486/ +41 79 285 4366 E-mail: pchauzy@iom.int Jemini Pandya Tel: +41 22 717 9486/ +41 79 217 3374 E-mail: jpandya@iom.int or Jumbe Omari Jumbe Tel: +41 22 717 9405/ +41 79 812 7734 E-mail: jjumbe@iom.int Copyright © IOM. All rights reserved.

International Organization for Migration
Copyright © IOM. All rights reserved.