Chad

Le Tchad après la tempête : Huit jours dans le fief d'Abéché

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Raphaël MVOGO (04/03/2008)

La sécurisation de l'Est du Tchad entamée, avec la mise en place progressive de l'Eufor, suivie de la mission de l'ONU.

Elle n'a pas un attrait particulier. Ni tout à fait campagnarde, ni citadine, Abéché, capitale de la région du Ouaddaï, dans l'Est du Tchad, fait feu de tout bois, avec ses soldats sur les dents, pour se libérer des démons des conflits armés à répétition, aux relents politiques, qui rythment l'évolution du pays et l'ont transformée en « zone rouge ».

Début février, en route pour N'Djamena, les combattants de l'Union des forces de la résistance (UFR), la coalition de trois mouvements qui cherchait à renverser le régime du président Idriss Deby Itno, avait justement laissé sentir son odeur à une quarantaine de kilomètres d'Abéché, selon des sources concordantes. Trois mois plus tôt, la ville avait été occupée pendant vingt-quatre heures.

Depuis lors, les autorités ont placé l'armée en état d'alerte permanent. Du coup, la troisième ville du Tchad connaît une imposante présence militaire et policière dans ses coins et recoins. A bord de 4x4, de motos et à pied, les éléments de l'Armée nationale tchadienne (ANT) lourdement armés tiennent un rôle d'inspection et de dissuasion. Pour le visiteur, cette présence donne parfois des vertiges et des frissons. De l'aéroport aux différentes artères de cette cité, pas un pas sans l'ombre d'un homme en arme.

Comme le souligne le commissaire de la surveillance du territoire, la « ligne rouge » se veut infranchissable. Avec des mouvements tout aussi réguliers, les premiers contingents (déjà plus de 600) de la force européenne pour le maintien de la paix dans l'Est du Tchad et le Nord-est de la République centrafricaine, l'Eufor, en rajoutent au tableau. Idem pour l'embryon de la mission des Nations Unies, la MINURCAT, assignée à la tâche même tache.

Située à quelque 200 kilomètres de la frontière avec le Darfour au Soudan, Abéché est ainsi devenue un pôle de concentration pour les actions destinées à ramener la paix et la sécurité dans l'Est tchadien. Elle s'est imposée comme le quartier général des agences des Nations Unies et des ONG humanitaires qui apportent depuis cinq ans une assistance à près de 240.000 réfugiés soudanais et environ 180.000 déplacés internes.

Avec le concours du système des Nations Unies, notre reporter, qu'accompagnait un reporter photographe, vient d'effectuer une incursion de huit jours dans ce fief. Un séjour qui lui a permis de vivre les visites de travail, mercredi et jeudi derniers dans la région, de Karel de Gucht et de Bernard Kouchner, respectivement ministres belge et français des Affaires étrangères.