Chad

Le HCR appuie la mise en place d’un groupe de travail sur la santé mentale et soutien psychosocial au Tchad

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Magloire Moialbaye

Associate Public Health Office, UNHCR N’Djamena

N’Djamena, 02 août 2021 – Ce 30 juillet 2021, au Ministère de la santé publique et de la solidarité nationale, il a été mis en place le groupe de travail Santé Mentale et Soutien Psychosocial (SMSPS) au Tchad. Ce groupe de travail a été mis en place grâce à l’appui du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

La mise en place de ce groupe a pour objectifs entre autres de : créer un cadre de partage de bonnes pratiques entre les acteurs de la santé mentale et soutien psychosocial, élaborer une cartographie des intervenants et identifier les besoins prioritaires en SMSPS et renforcer le mécanisme de coordination afin de rendre disponible les outils essentiels de sa gestion.

Pour le HCR, l’objectif de la prise en charge de la santé mentale et soutien psychosocial est d’améliorer l’état de santé des personnes relevant de sa compétence par la formulation de politiques fondées sur des données probantes, une meilleure gestion des programmes de santé au Tchad et, au bout du compte, des mesures qui améliorent directement la santé des réfugiés.

Au cours de la cérémonie, le Directeur de la Surveillance Epidémiologique et Lutte contre les Maladies du Ministère de la santé a souligné l'importance et l'urgence de l'élaboration des termes de références et plan de travail du Groupe qui permettront de mieux matérialiser les actions tout en incluant tous les acteurs possibles. Ces prochaines actions relevées par le Directeur de la Surveillance Epidémiologique ainsi que l’élaboration du plan d’action du groupe de travail, seront conduites par M. Laban Ndereyimana, expert en Santé Mentale et Appui Psychosocial, et représentant du forum inter- agences de partenaires humanitaires onusiens et non onusiens (IASC) au Tchad. M. Laban Ndereyimana sera appuyé dans ces tâches par un groupe restreint constitué du Ministère de la Santé Publique, du Ministère de l'Action Sociale, de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), du Département de sociologie de l'université de N’Djamena et IRC (International Rescue Comittee).