Chad

Kangalom (Mamdi) Rapport de l’évaluation multisectorielle du 27 au 30 mars 2018

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé de l’évaluation et actions prioritaires

Après les missions d’évaluation multisectorielle dans les sous-préfectures de Kaïga Kindjiria et Liwa, Daboua, Ngouboua, celle effectuée dans la sous-préfecture de Kangalom du 27 au 30 mars 2018 vient clôturer la série de cinq(5) évaluations multisectorielles arrêtée par l’inter cluster régional du Lac en novembre 2017. Il est important de signaler que la première évaluation dans la sous-préfecture de Kangalom après celle réalisée du 7 au 9 juin 2017 qui avait couvert les villages de Dodji, Kan, Maya, Kadjila et Bougourou. Celle-ci, est la deuxième du genre. Elle a pris en compte les localités qui n’ont pu être visitées dans la première évaluation.

Sur un total de douze sites/Villages (12) planifiés, la mission a pu visiter six(6) villages et un site. Les villages de retour évalués ont été : Barkaria 1, Barkaria 2, Blarigui, Doubaba, Korodji, Tchongolé et Faguirmi a été le seul site visité.
Dans les zones visitées, les mouvements des populations ont été observés au courant du premier semestre 2015 des îles vers la terre ferme pour deux raisons principales : les exactions du groupe armé Boko Haram et la crainte d’être attaquée. En 2015, l’on assiste à une dynamique de mouvement pendulaire dans ces iles.
Les populations sont occupées par les activités de pêche, le petit élevage, le petit commerce et l’agriculture.
Les activités de pêche sont considérablement réduites à cause de la restriction pendant la nuit, l’espace agricole souffre des inondations, de la présence des herbes mouvantes. A cela s’ajoute bien évidemment la perte des moyens de subsistance pendant leur fuite à partir des villages de provenance (Nigeria, Niger et certaines zones insulaires du lac).
Dans le village Blarigui et le site de Faguirmi, l’on observe une présence des forces de défense et de l’ordre qui assurent la sécurité de la population. Blarigui a dans un premier temps accueilli les déplacés internes et refugiés en 2015 et son attaque en fin 2015, les populations ont regagné les sites autour de Baga Sola avant de revenir en 2017 suite au renforcement du dispositif sécuritaire. A Korodji, il a été mis sur pied un comité de vigilance qui travaille avec les forces installées à Blarigui et Faguirmi. Seul le village Blarigui dispose d’un centre de santé, de bâtiments scolaires et trois (3) forages dont un (1) en panne. A l’issu des entretiens avec les informateurs clés, les focus groupes, interviews individuels et observations faites par l’équipe d’évaluation, les secteurs et actions prioritaires sont :

1. Sécurité alimentaire et moyens d’existence ; c’est un besoin exprimé par l’ensemble des catégories de la population car aucune action n’a été réalisée depuis leur arrivée en 2015.
Les moyens de subsistance sont considérablement détériorés. Pas d’accès à la terre cultivables par les villages évalués. Toutefois, l’équipe d’évaluation a rencontré le partenaire CHORA en train de procéder à une distribution des intrants agricoles à Barkaria 2 pendant l’enquête.

Actions prioritaires : Fournir une assistance alimentaire ponctuelle et ciblée pour couvrir 2 mois pour la population hôte et de 2-3 mois pour les personnes déplacées, distribuer du Cash For Assets et renforcer les moyens d’existence par la distribution des petits ruminants, initié le maraichage en sac et le système de Kyol garden pour la diversité alimentaire, mettre à disposition des kits de pêches et appui en AGR pour les personnes pratiquant.

2. Santé/Nutrition ; un seul centre de santé à Blarigui qui a une insuffisance de médicaments ; le problème d’accès aux soins favorisant ainsi le recours aux prestations des soins traditionnels, la mortalité materno infantile causée par les complications de grossesses sont autant des contraintes et difficultés des populations. Sur 188 enfants dépistés, nous avons 2,66 %MAS, 10,11 % MAM et 12,77 % MAG.

Actions prioritaires : Renforcer le CS de Blarigui en médicaments et subvention en médicaments essentiels, matériels/équipements et accroître les stratégies avancées à travers les cliniques mobiles pour couvrir les autres villages et sites éloignés.

3. Eau, Hygiène et Assainissement ; la principale source de consommation d’eau est le lac. Elle est de mauvaise qualité en cette période de baisse de niveau d’eau. Les principales maladies évoquées telles que les maux de ventre, les diarrhées aigües, les IRA chez les enfants ont un lien avec la qualité de l’eau. Il n’a été recensé que trois (3) forages à Blarigui dont un est tombé en panne depuis plus de six(6) mois et un puits à ciel ouvert. Les deux latrines recensées ont été celles de l’école de Blarigui. Les défécations se font à l’air libre et il n’existe aucun mécanisme de dépôts d’ordures.

Actions prioritaires : distribution des purs sachets pour le traitement de l'eau, sensibilisation à l’utilisation de ces purs sachets et à l’hygiène, Construction de 2 forages (Korodji et Faguirmi) et réhabilitation d’un PMH (Blarigui), Construction des latrines

Les secteurs tels que l’éducation, la Protection et les Articles Ménagers Essentielles n’apparaissent pas comme les trois secteurs prioritaires les plus urgents mais présentent quand même des situations préoccupantes. Les populations ont développé des stratégies d’adaptation aux problèmes qu’elle rencontre. C’est l’exemple observé dans le secteur éducation ou à l’absence de l’accès à l’éducation, les parents envoient leurs enfants dans d’autres villages au sein des familles des parents et amis pour étudier.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.