Chad

Evaluation Rapide Multisectorielle : Site de Tinana, Sous-préfecture Liwa, Région du Lac, 30 septembre 2017

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Date: 18 Septembre 2017

Zone d’évaluation :situé à environ 46 km au Nord-Ouest de canton Kiskra et environ 15 km du site de Diamerom. Le site de Tinana est sous l’administration du Canton de Magui dans la sous-préfecture de Kaïgua-kindjiria, département de Foulli. Il se localise géographiquement par les coordonnées GPS qui suivent : 14°02’45.18’’ de longitude et 13°51’82.5’’ de latitude.

Population : On estime la population du site de Tinana à environ 215 ménages soit 1075 personnes. Le site est majoritairement occupé par des Boudouma qui cohabitent avec quelques ménages arabes venant des villages de Kernangoua, Abourome, Dogrerom et Lablaram situés aux alentours de Kaïgua-kindjiria. Crée il y a environ 3 mois, la population du site de Tinana dit s’être installée à la date de 04 juin 2017 et qu’après cette installation aucune autre arrivée de population n’a eu lieu. Le choix de ce site serait fait par lien ancestral et sans avis des autorités locales et administratives. Selon les leaders du site, depuis leur installation aucune assistance humanitaire n’a été apportée.

Chocs : Depuis l’attaque du camp militaire de Kaïgua Kindjiria en mai 2017 par les éléments de la secte islamiste Boko Haram qui a causé la mort d’une quarantaine de personnes, des mouvements de population se sont multipliés de la zone frontalière avec le Niger, Nigeria vers Bagasola. Tous ces mouvements selon les populations, tiennent leur cause à des attaques directes (village) ou indirectes (village voisin) ou par crainte d’être attaqué par Boko Haram. La population du site de Tinana serait arrivée suite à une attaque directe occasionnant un enlèvement d’un nombre important de bétails, des biens et aussi des morts et des blessés au sein de la communauté. Selon elle, cette attaque a été faite par les éléments de Boko Haram ce qui a crée une psychose au sein de la population et causant ensuite un mouvement vers la terre ferme afin d’échapper aux futurs exactions.

Méthodologie utilisée: L’évaluation RRM s’est basée sur la méthodologie standard d’évaluation RRM adaptée au Tchad sur base du questionnaire MIRA. Elle a été organisée autour de la collecte de données qualitatives, à travers des groupes de discussions et des entretiens avec de personnes ressources : autorités locales, groupes des femmes et des hommes, etc. Notons à ce sujet qu’au total 10 focus groupes ont été organisés par l’équipe du proje t sur ce site.