Chad

Evaluation Rapide Multisectorielle : Site de Kirtchima, Sous-préfecture Liwa, Région du Lac, 30 septembre 2017

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Date : L’évaluation s’est déroulée le 18 septembre 2017 à Kirtchima suivi du recensement des ménages le 9 octobre 2017.

Zone d’évaluation : le site de Kirtchima est situé dans la sous-préfecture de Liwa, sur l’axe kiskraDiamerom, à 29 Km au nord du canton de kiskra et environ 38 Km de la ville de Bagasola.
Sa position géographique telle qu’indiquée sur la carte ci-contre, correspond à 14°00’48.74” de longitude et 14°02’24.49” de latitude.

Population : Elle est estimée à environ 3288 personnes reparties dans 680 ménages soit une taille moyenne de 4,8. Le site de kitchima est habité par les arabes provenant des localités Boma, Kabia (aux alentours de Kaïga kindjiria) et Siléa, Lélia, Kidira (sites aux environs de la frontière Tchad-Niger). certaines personnes détiennent des documents d’Etat Civil Nigériens et affirment d’avoir quitté le territoire Tchadien à la frontière Niger-Tchad. Leur arrivé sur le site date du 26/06/2017 et selon le Boulama, ce site leur a été attribué par le chef de canton de Kiskra. Un recensement a été fait par Action contre la Faim qui a concerné 500 ménages suite auquel une liste de 180 ménages a été dressée par la population signalant l’absence de ces derniers lors du recensement.

Causes de déplacements et chocs: Depuis l’attaque du camp militaire de Kaïgua Kindjiria en mai 2017 par les éléments de la secte islamiste Boko Haram qui a causé la mort d’une quarantaine de personnes ; on enregistre des mouvements de population quittant la zone frontalière avec le Niger et le Nigéria vers les chefs lieu des départements de Fouli et Kaya pour des raisons d’insécurités. Tous ces mouvements selon les populations, tiennent leur cause à des attaques directes (village) et indirectes (village voisin) ou par crainte d’être attaqué par Boko Haram.
La communauté de Kirtchima affirme la disparition de 18 personnes de leur communauté suite à l’attaque perpétrée par des personnes armées qui seraient de la secte islamique Boko Haramet plusieurs têtes de leurs bétails emportées, ce qui serait à l’origine de leur déplacement.
Depuis leur installation sur ce site, aucune évaluation des besoins n’avait été organisé par la communauté humanitaire et les habitants affirment n’avoir bénéficié d’aucune assistance de la part des autorités locales ni des organisations humanitaires L’évaluation a révélé des besoins importants dans les domaines de protection, de la sécurité alimentaire, de la Wash, de la santé et nutrition et de l’Education.

Méthodologie utilisée: L’évaluation RRM s’est basée sur la méthodologie standard d’évaluation RRM adaptée au Tchad sur base du questionnaire MIRA. Elle a été organisée autour de la collecte de données qualitatives, à travers des groupes de discussions et des entretiens avec de personnes ressources : autorités locales, groupes des femmes et des hommes,

etc. Notons à ce sujet qu’au total 10 focus groupes ont été organisés par l’équipe du projet sur ce site.