Chad + 1 more

Des affrontements au Darfour occidental ont déjà forcé près de 2000 réfugiés à fuir au Tchad

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Des réfugiés ayant fui les récentes violences dans la région du Darfour au Soudan sont assis à l’ombre sous des arbres, près de la ville d’Adré au Tchad. © HCR

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Babar Baloch – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 13 avril 2021 au Palais des Nations à Genève

De récents affrontements intercommunautaires à El Geneina, dans la région du Darfour occidental au Soudan, ont déjà forcé 1860 réfugiés à traverser la frontière pour rejoindre le Tchad la semaine passée.

Les réfugiés, qui comptent majoritairement des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont fui leurs foyers dans des villages situés près de la frontière, après une série d’affrontements meurtriers qui ont débuté le 3 avril dernier. Ce regain de tensions aurait causé la mort de 144 personnes et fait plus de 230 blessés. Parallèlement, les agences humanitaires tentent d’établir le nombre exact de personnes nouvellement déplacées au sein de la région soudanaise du Darfour occidental, et qui s’élèverait à plusieurs milliers.

Les réfugiés arrivés au Tchad témoignent de la destruction de leurs maisons et de leurs possessions, et d’attaques ciblées contre des sites de déplacés. Certains des nouveaux arrivants avaient déjà été déplacés à plusieurs reprises par de précédents affrontements survenus l’année dernière et en janvier 2021.

La ville d’El Geneina est localisée à seulement 20 kilomètres de la frontière entre le Soudan et le Tchad. Les réfugiés sont arrivés près de la ville d’Adré, dans la province du Ouaddaï, et se trouvent actuellement à 200 mètres seulement de la frontière, dans cette région en proie à l’instabilité.

Les équipes du bureau voisin du HCR à Farchana ont rapidement fait le nécessaire sur place pour accueillir les réfugiés. Selon notre personnel, les conditions sur le terrain sont désastreuses. Les familles déplacées vivent en plein air ou ont trouvé abri à l’ombre sous des arbres ou dans des abris de fortune. Elles n’ont quasiment aucune protection contre les éléments dans une région où la température peut atteindre 40 degrés Celsius durant la journée. Les besoins en nourriture et en eau sont également pressants.

Le HCR, avec son homologue gouvernemental et ses partenaires humanitaires, est sur le terrain et coordonne la réponse humanitaire. La priorité est de relocaliser les réfugiés dans un endroit plus sûr où ils peuvent bénéficier d’une assistance vitale et de l’accès aux soins de santé, et où des mesures de quarantaine contre le Covid-19 peuvent être mises en œuvre.

La province du Ouaddaï, où arrivent les personnes qui ont traversé la frontière, accueille déjà 145 000 réfugiés originaires de la région du Darfour au Soudan et le HCR s’attend à ce que l’afflux se poursuive si la sécurité n’est pas rapidement rétablie au Darfour.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Khartoum, Giulia Raffaelli, raffaelg@unhcr.org, +249 (0) 912 167 016
  • A N’djamena, Aristophane Ngargoune, ngargoun@unhcr.org, +235 66 98 37 92
  • A Nairobi, Dana Hughes, hughes@unhcr.org, +254 733 440 536
  • A Dakar (régional), Romain Desclous, desclous@unhcr.org, +221 786 396 385
  • A Genève, Babar Baloch, baloch@unhcr.org, +41 79 513 9549
  • A New York, Kathryn Mahoney, mahoney@unhcr.org, +1 347 443 7646