Chad + 1 more

Crise tchadienne : quatre jours avec les réfugiés de Kousseri

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Raphaël MVOGO (18/02/2008)

Autour des réfugiés de N'Djamena, divers acteurs s'activent et des questions se posent sur le rôle de chacun.

Sur le tarmac de l'aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, trois avions, frappés de l'insigne « United Nations - Humanitarian Air Service », entendez la flotte aérienne du service humanitaire des Nations Unies, manoeuvrent en ce lundi 11 février. Deux de ces appareils sont annoncés, via Garoua, pour Abéché, principale ville de l'Est du Tchad, o=F9 les Nations Unies gèrent une crise humanitaire touchant plus de 240.000 réfugiés soudanais.

Avec spécialement admise à son bord une équipe de Cameroon Tribune (un journaliste et un reporter photographe), l'autre avion est destiné à prendre la direction de Maroua, o=F9 ses passagers débarqueront avant de se rendre ensuite par route à Kousseri. Dans le groupe, se trouve, entre autres, Francis Kpatinde, plume incisive autrefois connue des lecteurs de Jeune Afrique et aujourd'hui administrateur principal régional chargé de l'information du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), en poste à Dakar.

Depuis les événements de N'Djamena, un branle-bas des personnels des Nations Unies s'observe sur le territoire camerounais, o=F9 une coordination des opérations d'intervention d'urgence a été créée à Yaoundé, impliquant à la fois les agences en activité au Cameroun et celles du Tchad. Lors d'une conférence de presse récemment au siège du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans la capitale, le représentant résident du HCR au Cameroun, Jacques Franquin, a fait état de l'ouverture d'une unité fonctionnelle à Kousseri et d'un bureau de logistique à Garoua.

D'après les chiffres provisoires, le système des Nations Unies, en collaboration avec le gouvernement camerounais, apporte son assistance à au moins 30.000 réfugiés tchadiens Après avoir été logés sur deux sites au quartier Madana à Kousseri, ces sinsitrés ont commencé à être recasés samedi à Maltam, un peu plus à l'intérieur du Cameroun, o=F9 4.000 à 5.000 tentes ont été prévues d'être construites pour constituer un camp de réfugiés digne de ce nom. Pour une capacité d'environ 10.000 personnes finalement, suite aux mouvements de retour de certains réfugiés dans leur pays.

Cette crise humanitaire mobilise, selon l'ONU, vingt et une organisations humanitaires, dont six agences onusiennes, 13 organisations non gouvernementales (ONG) et le mouvement de la Croix Rouge.