Chad + 12 more

Criquet pèlerin - Mise à jour 27 mai 2020

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Arrivée d’essaims dans le nord de l’Inde

Au cours des derniers jours, des mouvements de groupes d'ailés et d'essaims ont été observés en Inde, à Oman, aux Émirats arabes unis et en Ouganda.

ASIE DU SUD-OUEST

Des essaims se forment dans les zones de reproduction printanière et migrent vers l'est jusqu'à la frontière indo-pakistanaise avant les pluies de mousson.

• Inde. Les groupes d'ailés immatures issus de la reproduction printanière et les essaims arrivés au Rajasthan à partir de l'ouest ont continué de se déplacer vers l'est dans la partie orientale de l'État et vers les États centraux du Madhya Pradesh et du Maharashtra. A la date du 26 mai, un essaim au moins avait atteint le nord-est de Bhopal. Une grande partie de ces mouvements était associée à de forts vents d'ouest issus du cyclone Amphan dans le golfe du Bengale. Des opérations de lutte sont en cours. On peut s'attendre à plusieurs vagues d'invasions successives au Rajasthan jusqu'en juillet avec des poussées vers l'est à travers le nord de l'Inde jusque Bihar et Orissa, suivies de mouvements en direction de l'ouest et d'un retour au Rajasthan avec les vents changeants associés à la mousson. Ces déplacements cesseront lorsque les essaims commenceront à se reproduire et deviendront moins mobiles. Il est moins probable que les essaims atteignent le sud de l'Inde, le Népal et le Bangladesh.

• Pakistan. Les ailés forment des groupes et de petits essaims dans les zones de reproduction printanière du sud-ouest (Baloutchistan) et de la vallée de l'Indus (Punjab). Ces infestations se déplaceront vers les zones de reproduction estivale le long de l’Inde et le Pakistan, du Cholistan au Tharparkar. Des opérations de lutte sont en cours dans tous les zones.

• Iran. Les ailés forment des groupes et de petits essaims dans les zones de reproduction printanière le long de la côte méridionale et dans certaines parties du Sistan-Baloutchistan alors que la végétation se dessèche. Ces infestations se déplaceront vers l'est dans les zones de reproduction estivale indo-pakistanaise. Des opérations de lutte sont en cours.

PÉNINSULE ARABIQUE

Une reproduction importante se poursuit au Yémen en l'absence d'opérations de prospection et de lutte.

• Yémen. La reproduction se poursuit dans les zones de pluies récentes dans l'intérieur, où des bandes larvaires et des essaims matures se sont formés.

• Oman. Plusieurs groupes d'ailés immatures se sont déplacés de la zone septentrionale de l'intérieur, près de la frontière avec les Émirats arabes unis, vers la côte au nord où on s’attend à ce qu’ils se déplacent le long de la côte jusqu'à Ras Al Hadd avant de traverser vers le sud-est du Pakistan. D'autres groupes se sont déplacés des zones de reproduction de l’intérieur vers Dubaï. Des opérations de lutte sont en cours.

• Arabie Saoudite. Des opérations de lutte ont été menées contre des groupes d'ailés immatures dans la partie septentrionale de l'intérieur, près de Hail et Gassim, et contre des groupes d'adultes plus au sud près de Wadi Dawasir et Najran.

AFRIQUE DE L'EST

La situation actuelle reste extrêmement alarmante en Afrique de l'Est où le Kenya, l'Éthiopie et la Somalie continuent à faire face à une menace sans précédent pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance. De nouveaux essaims issus de la reproduction en cours se formeront à partir de la mi-juin, coïncidant avec le début des récoltes. Par la suite, il existe un risque que les essaims migrent vers les zones de reproduction estivale le long des deux côtés de la frontière indo-pakistanaise ainsi qu'au Soudan et peut-être en Afrique de l'Ouest.

• Kenya. Les opérations de lutte terrestre et aérienne se poursuivent contre les bandes larvaires dans le nord-ouest (Turkana, Marsabit). Quelques essaims à maturation tardive ont été observés au sud de Lodwar et de nouvelles infestations ont été trouvées le long de la rivière Tana où des bandes larvaires sont présentes.

• Éthiopie. Quelques essaims immatures et matures subsistent dans le sud. La reproduction a augmenté dans l'Ogaden et des bandes larvaires sont présentes. La reproduction se poursuit près de Dire Dawa où les bandes larvaires persistent et où les ailés ont formé des groupes et des essaims. Une reproduction a également eu lieu en Afar et sur la bordure orientale des hautes terres, entraînant la formation de bandes larvaires. Les opérations de lutte aérienne et terrestre se poursuivent.

• Somalie. Une reproduction est en cours dans les zones centrales (Galkayo et Galmudug) où des ailés épars et des groupes larvaires sont présents. Une reproduction est également en cours dans le nord-ouest où des bandes larvaires et des groupes d'ailés immatures et matures sont présents sur le plateau (de l'est de Burao jusqu’à l'ouest de Boroma) et sur la côte près de Bulhar. Des groupes larvaires sont également présents dans le nord-est près de Garowe. Des opérations de lutte sont en cours.

• Ouganda. Le 26 mai, au moins un essaim a été observé dans le district de Kaaborg au nord-est, qui se dirigeait probablement vers le Soudan du Sud.

• Soudan. Des ailés grégaires épars sont présents près de la frontière avec le Soudan du Sud, dans quelques endroits dans les États du Nil Bleu, du Nil et du Kordofan du Sud. Quelques ailés persistent dans la vallée du Nil au nord du Kordofan.

AFRIQUE DE L'OUEST

La situation est actuellement calme. Jusqu'à présent, il n’y a aucune indication que des essaims issus de la reproduction printanière se forment ou quittent l'Arabie. Les essaims ne se formeront pas en Afrique de l'Est (Kenya et Éthiopie) avant la mi-juin environ. Par la suite, ils se déplaceront vers le nord jusqu'au Soudan et, s'ils arrivent avant les pluies estivales, continueront probablement vers l'ouest jusque dans l'est du Tchad et au-delà. Bien que la menace actuelle reste faible, elle peut changer considérablement au cours des prochaines semaines en fonction des précipitations, des vents et de la situation acridienne en Arabie et en Afrique de l'Est. Par conséquent, les investissements dans les actions de préparation et d'anticipation doivent être immédiatement et rapidement intensifiés pour faire face à cette menace potentielle.