Chad

Cadre Harmonisé d’identification des zones à risque et des populations en insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest (CH), Valable : du 14/03/2020 au 31/08/2020, Créé le : 14/03/2019

Format
Analysis
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résultats de l’analyse de la situation de l’insécurité alimentaire aiguë actuelle

Principaux résultats pour les zones touchées par l’IAN

La production céréalière de la campagne agricole 2019/2020 est estimée à 2 925 293 tonnes. Elle est en baisse de 3,2% par rapport à l’année dernière mais en hausse de 7% (6,5% en zone sahélienne et de 8% en zone soudanienne) par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Globalement, les autres cultures (oléagineux, légumineuses, racines et tubercules) ont enregistré aussi des hausses de production (11,4%) par rapport à la moyenne quinquennale.

Les marchés sont bien approvisionnés par les productions locales et les stocks commerçants. Les marchés du Borkou, Kanem et du Bahr El Ghazal sont approvisionnés en produits alimentaires par les autres provinces notamment, le Lac, Hadjer Lamis, Chari Baguirmi, Ouaddaï et les provinces de la zone soudanienne. Cependant, les marchés du Tibesti restent perturbés par des baisses de flux liées à l’insécurité civile aux frontières libyennes. Au Lac, la recrudescence de l’insécurité civile perturbe le fonctionnement de certains marchés.

La demande céréalière est inférieure à celle d’une année normale à cause des baisses de revenus et des bons niveaux de stocks des ménages.

La plupart des marchés céréaliers affiche une baisse des prix comparée à la moyenne quinquennale en raison de la baisse de la demande. Toutefois, des hausses localisées sont observées sur le maïs au Lac (16%) et le mil au Kanem (15%) à cause de l’insécurité et des faibles productions enregistrées pendant la campagne 2019/2020. Celui du riz reste stable (-5%) comparé à la moyenne quinquennale à cause d’une faible demande.

Une tendance haussière des prix de 23% au sahel et de 9% en zone soudanienne, par rapport à la moyenne quinquennale, est observée sur les prix du bétail. Cette tendance haussière est suscitée par une augmentation de la demande à l’exportation vers le Soudan et le Nigeria.

La situation pastorale est caractérisée par un déficit fourrager important (42%) enregistré dans la majorité des provinces de la zone sahélienne suite aux anomalies enregistrées pendant la saison de pluies. Le niveau de la biomasse, comparé à celui de l’année dernière , est inférieure de 20%. Le taux de couverture des besoins est inférieur à 50% dans treize (13) provinces, dont 10 sont situées dans les zones sahélienne et saharienne. Il s’agit du Barh EL Gazal, Batha, Borkou, Chari Baguirmi, Ennedi Est, Ennedi Ouest, Hadjer Lamis, Kanem, Ouaddai et Wadi Fira dans la partie nord du pays et du Mayo Kebbi Ouest, Mayo Kebbi Est et Logone Oriental, dans la zone soudanienne. Cette situation a fortement réduit la capacité d’accueil de certaines provinces. Une forte concentration des éleveurs est observée autour du Lac Tchad, Lac Fitri, Barh Azoum et au sud du pays.

La situation zoo sanitaire est globalement calme. Toutefois, des cas de pasteurellose cameline et ovine, de Péripneumonie Contagieuse Bovine, de Peste des Petits Ruminants, de charbon bactéridien, de charbon symptomatique et de fièvre aphteuse sont signalés dans les provinces du Wadi Fira, Batha, Guera, Ouaddaï, Chari Baguirmi, Mayo Kebbi Ouest et Logone Occidental.