CAR

République Centrafricaine : Mise à jour du suivi à distance - L’inflation alimentaire aiguë affecte les ménages pauvres en ce début de la saison de pluies, Juin 2022 - Janvier 2023

Attachments

Messages clés

La situation sécuritaire reste toujours volatile en raison de la persistance des attaques et exactions qui perturbent fortement le fonctionnement et l’accès aux marchés, et les moyens d’existence dans les zones de l’ouest, du nord-ouest, du nord-est et du centre du pays.

Les approvisionnements des marchés en produits alimentaires de base restent faibles dans les zones d’insécurité et sous occupation armée des groupes rebelles à cause des menaces croissantes d'engins explosifs sur les axes routiers en plus de leur mauvais état, impactant ainsi la disponibilité et les prix. Les prix des denrées locales (maïs et manioc) en mai étaient globalement stables par rapport à la même période l’année dernière ; mais ceux des produits importés (riz, haricot blanc, huile végétale et viande de bœuf) continuent d’augmenter et demeurent supérieurs à leurs niveaux de l’année dernière à la même période sur l’ensemble des marchés.

Dans les localités des préfectures du nord, du nord-ouest, du sud-est et du centre, les ménages pauvres et très pauvres ainsi que les PDI qui font face à l’insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 de l’IPC) pourraient basculer en Crise (Phase 3 de l’IPC) durant cette période de soudure débuté en avril/mai jusqu’à septembre du fait de l’épuisement précoce des stocks et des faibles niveaux de revenus. De septembre jusqu’en janvier 2023 en raison de la disponibilité des récoltes et des opportunités de travaux journaliers (agricole et ouvrière), ces ménages devront voir une amélioration dans l’accès à la nourriture et le revenu et feront probablement face à une l’insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 de l’IPC).

Les PDI et les ménages hôtes resteront exposés à la Crise (Phase 3 de l’IPC) durant la période de soudure jusqu’en janvier 2023 dans les zones plus affectées par l’insécurité, et aussi pour les populations pauvres et très pauvres dans les zones d’accès limités. La situation alimentaire et nutritionnelle déjà précaire devra perdurer compte tenu de la faiblesse des revenus et de leur dépendance du marché pour leur alimentation.