CAR

République centrafricaine : L'expert de l'ONU appelle à la fin de l'impunité et exhorte les groupes armés à déposer les armes

BANGUI/GENÈVE (5 août 2022) - Les groupes armés en République centrafricaine (RCA) doivent déposer les armes et s'engager dans un dialogue politique, a déclaré aujourd'hui un expert des Nations Unies, exhortant la communauté internationale à renforcer les efforts visant à restaurer l'autorité de l'État et à mettre fin à l'impunité dans le pays.

"Je condamne avec véhémence l'obstination de la Coalition des patriotes pour le changement et d'autres groupes armés qui continuent de semer la terreur, l'insécurité et la souffrance parmi la population civile et les victimes de violations et d'abus", a déclaré Yao Agbetse, l'expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en République centrafricaine (RCA).

À l'issue de sa visite officielle de dix jours en RCA, M. Agbetse s'est dit consterné par les rapports des habitants de la ville de Bria, chef-lieu de la préfecture de la Haute-Kotto, qui s’inquiètent de la mobilité et des connexions des groupes armés avec le Soudan voisin.

Appelant les groupes armés à déposer les armes dans l'intérêt supérieur de la population centrafricaine, l'expert de l'ONU a exhorté ces groupes à s'engager dans le dialogue politique et le processus de paix et de réconciliation mené par la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR).

Faisant référence à l'attaque brutale et organisée du village de Boyo en décembre 2021, l'expert a déclaré que les violations des droits de l'homme commises par l'armée nationale centrafricaine (FACA) et les forces de sécurité intérieure (FSI) et leurs auxiliaires étaient "inacceptables."

Les alliés russes et les FACA auraient apporté leur soutien et leur appui à la milice "Anti-Balaka" qui a commis des atrocités à Boyo, notamment des décapitations et des violences sexuelles, et a contraint des milliers d'habitants à fuir.

"La gravité de ces faits exige des réponses appropriées des autorités nationales envers les victimes", a déclaré M. Agbetse. "Je recommande à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) de mettre en place un système d'alerte plus réactif et des opérations conjointes régulières avec les FACA pour prévenir des tragédies comme celle de Boyo", a-t-il ajouté.

L'expert de l'ONU a également demandé que les alliés russes s'abstiennent d'entraver la collaboration et les opérations conjointes entre les FACA, les FSI et les soldats de la paix de l'ONU affectés à la MINUSCA.

"Les alliés russes ne doivent pas empêcher le déploiement des opérations de protection de la MINUSCA et faire obstacle aux enquêtes sur les violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire", a déclaré M. Agbetse.

A l'issue de sa visite en RCA, M. Agbetse a recommandé que toutes les allégations de violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire fassent l'objet d'une enquête systématique et approfondie par les autorités centrafricaines.

"Ces enquêtes doivent être suivies d'actions concrètes pour que les victimes aient accès à la justice", a-t-il souligné. L'expert a déclaré que la création d'un fonds de réparation était également fondamentale pour garantir la justice aux victimes.

Il a vivement recommandé la tenue des sessions judiciaires extraordinaires pour faire face à la lourde charge de travail que représentent les crimes de violences sexuelles liées au conflit. Les règlements à l'amiable dans les cas de violences sexuelles liées au conflit sont injustes pour les victimes et doivent cesser, a déclaré M. Agbetse.

L'expert a noté que plusieurs témoignages et rapports indiquaient un manque de contrôle et de responsabilité au sein de l'appareil d'État, y compris le système judiciaire, la police et la gendarmerie, et la fonction publique en général. Il a également appelé les autorités à s'attaquer à la question des discours de haine et d'incitation à la violence.

M. Agbetse a appelé la communauté internationale à renforcer son soutien à la RCA afin que la restauration de l'autorité de l'État soit effective.

M. Yao Agbetse (Togo) est un avocat des droits de l'homme, chercheur et enseignant qui a consacré les 25 dernières années de sa vie à la justice et aux droits de l'homme, y compris les droits de l'enfant. Il a mis en œuvre des programmes de droits de l'homme au niveau national et a fourni des conseils juridiques et techniques pour l’élaboration et suivi des lois et politiques nationales relatives aux droits de l'homme, notamment au Bénin, en Côte d'Ivoire, en République démocratique du Congo, au Mali et au Togo. Il a créé un espace et des outils pour le dialogue et les efforts communs des acteurs étatiques et des OSC. En RDC, en Côte d’Ivoire et au Mali, il a mis en œuvre des programmes de DDR, formé des chefs de l’armée et de la police et fourni un soutien aux titulaires de mandat et aux opérations des Nations Unies, notamment en participant au dialogue interactif au titre du point 10 lors des sessions du Conseil des droits de l’homme à Genève. Il a fourni des informations factuelles de première main aux experts de l'ONU pour les aider à évaluer les défis relatifs aux droits de l’homme dans différents pays et formulé des recommandations spécifiques et réalisables pour garantir la responsabilité et l'accès à la justice.

Les Experts indépendants font partie de ce qui est désigné sous le nom des " procédures spéciales " du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

Vous pouvez suivre l'expert indépendant sur Twitter : @UNIECAR1

Page du HCDH sur le pays : République centrafricaine

Pour des informations additionnelles et des demandes des médias, prière de contacter Isatou HARRIS (+41 22 928 9422 / iharris@ohchr.org) ou d’écrire à ie-car@ohchr.org

Pour des demandes de renseignement des médias concernant d’autres experts indépendants, prière de contacter ONU Droits de l’homme– Unité Média, Renato Rosario De Souza (renato.rosariodesouza@un.org) or Dharisha Indraguptha (dharisha.indraguptha@un.org)