RCA-RDC-RC: Les réfugiés centrafricains demandent au HCR de les rapatrier chez eux

Report
from The New Humanitarian
Published on 19 Mar 2003
NAIROBI, 19 mars (IRIN) - Les chefs des groupes de réfugiés en République démocratique du Congo (RDC) et en République du Congo ont demandé au Bureau du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) d'aider environ 5 000 réfugiés de République centrafricaine (RCA) vivant dans les deux pays à rentrer chez eux, le lendemain d'un coup d'Etat en RCA, selon l'agence de l'ONU.
François Bozizé, l'ancien chef d'état-major de Centrafrique, a pris le pouvoir samedi après un coup de force-éclair en RCA, profitant d'un voyage à l'étranger du président Ange-Félix Patassé.

Le HCR a indiqué mardi qu'environ un millier de réfugiés de la RCA à Bétou, au nord du Congo-Brazzaville, avaient demandé à rentrer chez eux. Parmi eux,
d'anciens fonctionnaires qui veulent retrouver leur emploi. " Ils ont clairement décidé qu'il est temps de revenir [dans la capitale de Centrafrique] Bangui pour participer au dialogue politique annoncé par le nouveau président, " selon Emile Bellem, chef du bureau du HCR à Bétou, cité par l'agence.

" Ils pensent qu'il est impératif de rentrer immédiatement car ils auront plus de chance de reprendre leurs positions dans l'administration publique, " a indiqué M. Bellem.

L'agence de l'ONU a indiqué que les réfugiés de Bétou faisaient partie d'un groupe initial de milliers de personnes qui avaient fui la RCA pour le Congo à la suite d'une tentative de coup d'Etat lancée par l'ancien président André Kolingba en mai 2001. Plus de 15 000 Banguissois s'étaient réfugiés dans la ville frontalière de Zongo en RDC, de l'autre côté du fleuve Oubangui.

Selon le HCR, un grand nombre de réfugiés centrafricains sont rentrés chez eux suite au coup d'Etat de mai 2001, mais environ 4 000 sont restés dans les deux pays. En RDC, le HCR a transféré près de 3 000 personnes à Mole, un camp de réfugiés situé à 40 km de Zongo. Au Congo, le HCR apporte, depuis deux ans, une aide à près d'un millier de réfugiés dans la région de Bétou. " Un millier d'autres personnes sont arrivées mi-février après les combats rebelles au sud de la RCA, " a précisé le HCR.

" Certains Centrafricains qui cherchent aujourd'hui à rentrer en RCA avaient reçu de lourdes peines de prison par contumace, pour leur participation présumée à la tentative de putsch de mai 2001. D'autres avaient été condamnés à mort ou à la prison à perpétuité. La majorité des réfugiés de Bétou et de Zongo avaient des liens avec l'ex-armée, " a ajouté l'agence onusienne.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003