CAR

RCA - Initiative conjointe de suivi des marchés (ICSM) 20 avril 2022 au 05 mai 2022

Attachments

INTRODUCTION

L’initiative conjointe de suivi des marchés (ICSM) a été créée par le Groupe de Travail sur les Transferts Monétaires (GTTM) en avril 2019 avec pour objectif de mieux comprendre comment les prix évoluent sur les marchés centrafricains et d'informer les réponses sous forme de transferts monétaires. Cette initiative est guidée par le sous-groupe de travail sur le suivi des marchés du GTTM et bénéficie du financement du Bureau d'Assistance Humanitaire (BHA) des États-Unis et du Fonds Humanitaire (FH) en RCA.

La collecte de données est réalisée au cours des dix derniers jours de chaque mois, sur les principaux marchés de la République centrafricaine. Sur chaque marché, les équipes de terrain enregistrent les prix et la disponibilité des produits alimentaires et non-alimentaires de base, vendus dans les magasins et étals de ces marchés (le panier minimum d'articles de survie (PMAS) ainsi qu'une liste de produits supplémentaires).

Cette fiche d'information fournit un aperçu des écarts de prix et des médianes pour les principaux produits alimentaires et les produits non-alimentaires dans les zones évaluées. Les facteurs expliquant les ruptures de stocks et indisponibilités d’articles auxquelles font face les marchés sont également étudiés.

Les bases de données nettoyées et les fiches techniques sont disponibles sur le Centre de Ressources REACH et partagées via la liste de contacts du GTTM. Le tableau de bord interactif de l'ICSM est disponible sur ce lien.

POINTS D'ATTENTION

COÛT MÉDIAN DU PMAS EN HAUSSE

En avril 2022, le coût médian du PMAS s’établit à 66 5271 XAF, soit une hausse de 5% par rapport au mois de mars 2022. Cette hausse est principalement causée par l'augmentation des prix des denrées alimentaires. Le coût du panier non-alimentaire a connu une légère baisse de 2%, et ce malgré un renchérissement des prix des moustiquaires.

PRIX ET TENDANCES

Entre mars 2022 et avril 2022, les évolutions notables sont les suivantes : viande (+33%), maïs (+13%), arachide (+13%), sucre (+11%), essence (+7%). Cette tendance peut être expliquée par plusieurs facteurs concomitants: les prix élevés de certains produits agricoles et du pétrole sur les marchés internationaux en lien avec le conflit en Ukraine, la période des semis, le risque de pénurie de carburant ainsi que les nouvelles restrictions d'exportations prises par le Cameroun. L'augmentation du prix de la viande pourrait également s'expliquer par la fin proche de la période de transhumance.

PERSPECTIVES FUTURES

Le conflit en Ukraine continue de perturber les marchés internationaux ce qui affectent également les pays fournisseurs de la RCA. Les autorités camerounaises ont d’ailleurs décidé le 22 avril de suspendre les exportations de ciment, huiles, farine de blé, riz et céréales en raison de pénuries sur le marché national du pays. Au vu de la dépendance de la RCA aux importations de produits de première nécessité (riz, blé, huile, carburant, etc.), les difficultés sur les marchés internationaux couplées aux restrictions commerciales du Cameroun devraient considérablement affecter les marchés centrafricains ces prochaines semaines. La hausse des prix déjà observée ce mois-ci devrait ainsi se poursuivre.

Au niveau du carburant, le risque de pénurie perturbe déjà les coûts et flux d'approvisionnements. Les difficultés de ravitaillement en lien avec le conflit en Ukraine sont encore exacerbées par le niveau bas de l’Oubangui qui complique l’approvisionnement fluvial en provenance des pays limitrophes. Le commerce fluvial ne devrait pas reprendre avant mi-juillet.

La dégradation des routes avec l’arrivée de la saison des pluies sera un défi supplémentaire à l'approvisionnement.