CAR

Rapport d'évaluation - évaluation multisectorielle : Dynamiques de déplacements / Sécurité alimentaire et moyens d’existence - Site de déplacés de l’aéroport Bangui M’Poko

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

RÉSUMÉ

Gestionnaire du site de M’Poko depuis fin Janvier 2014, PU-AMI constate quotidiennement la précarité des conditions de vie sur le site de M’Poko à la veille de la saison des pluies. En l’absence de dynamique significative de retour dans les quartiers, PU-AMI a réalisé une évaluation multisectorielle pour mieux comprendre les freins au retour, les besoins et attentes en termes d’accompagnement au retour mais aussi pour faire un état des lieux des moyens de subsistance des déplacés de M’Poko.

Premier constat : le profil des déplacés a évolué depuis le mois de Février 2014. En effet, alors que le 5ème arrondissement était l’arrondissement le plus représenté en février sur le site, les déplacés du 3ème arrondissement sont aujourd’hui majoritaire.
Concernant les dynamiques de retour, 80% des déplacés se déclarent prêts à quitter le site dès que la situation sécuritaire le permettra. En effet, 31% de la population de M’Poko ont déclaré avoir déjà tenté de se réinstaller. La dégradation des conditions sécuritaires pousse les déplacés à revenir sur le site après quelques jours ou semaines. La sécurité dans les quartiers est d’ailleurs le principal frein au retour. D’autre part, 95% des déplacés ont vu leur capital et leur activité économique impactés par la crise. L’appui à la relance économique est ainsi plébiscité par 56% des personnes interrogées comme le second besoin prioritaire pour développer des dynamiques de retour durables.
Concernant les conditions de vie sur le site, 87% des déplacés les qualifient de mauvaises ou de très mauvaises. Ce point est largement contrebalancé par le relatif sentiment de sécurité sur le site par opposition au fort sentiment d’insécurité lié aux quartiers. Les besoins exprimés sont tout d’abord le renforcement de la sécurité sur le site, notamment au regard des violences quotidiennes , un soutien en vivres pour les plus vulnérables, l’amélioration de l’assainissement et de la protection des ménages face aux aléas climatiques du site.
Le besoin en vivres est conforté par les données collectées sur les moyens de subsistances des ménages dans le site de M’Poko. . Malgré le fait que 60% des revenus des ménages soit consacrés aux produits alimentaires : 674 XAF par jour (environ 1 Euros), 52% des déplacés présentent aujourd’hui une consommation alimentaire limite ou faible.

Les recommandations d’intervention de PU-AMI concernant le site de M’Poko portent donc sur les problématiques de protection, de sécurité alimentaire, de conditions de vie et de risques sanitaires, notamment liés aux maladies hydriques (choléra).
Par ailleurs, afin d’encourager les dynamiques de retour, l’accent doit être mis sur la sécurité dans les 3ème et 5ème arrondissements, l’intégration des populations de M’Poko dans les programmes de réhabilitation et d’appui à la relance économique mis en œuvre dans les quartiers, le lien à recréer entre d’une part les quartiers et les déplacés retournés et d’autre part les déplacés de M’Poko. Le processus de relocalisation des déplacés de M’Poko doit être poursuivi, en assurant l’implication des déplacés afin que les solutions proposées correspondent à leurs attentes spécifiques (proximité des quartiers, protection… etc).

International Organization for Migration
Copyright © IOM. All rights reserved.