CAR

Rapport d’Intervention NFI : Mécanisme de Réponse Rapide (RRM-RCA), Axes : Batangafo-Gbazara ; Batangafo-Ouandago (17/08 au 31/08/2019)

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

INTRODUCTION

A. RAPPEL DU CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L'INTERVENTION

Depuis le début de la crise militaro-politique en RCA jusqu’en janvier 2019, les communes de Ouassi et de Ouaki dans les sous-préfectures de Batangafo et Kabo ont été souvent attaqués et pillés par les groupes armés. Les agents de l’état ont quitté la zone pour laisser la place à une administration GSA /GAU. Suite à cette absence de l’état dans la zone, les éleveurs transhumants venus majoritairement du Tchad ont profité pour ne plus respecter les couloirs de la transhumance engendrant une destruction des champs par le bétail. A la suite de ces situations d’insécurité la quasi-totalité des habitants des villages des axes Batangafo-Kabo et BatangafoOuandago ont pris fuit en direction du village Lady PK 28 de Batangafo sur axe Bouca.

Le retour a été progressif dans la zone depuis le mois de juillet 2019 à cause de l’amélioration de la situation sécuritaire. Suite à aux mouvements de retour une alerte a été partagée par l’équipe RRM-SI à la communauté humanitaire le 25 juin 2019. L’équipe RRM-SI basée à Bangui a été déployée dans la zone pour mener une MSA afin d’évaluer les vulnérabilités des ménages retournés et de s’enquérir du contexte humanitaire de la zone. La MSA a été réalisée du 02 au 08 aout et a ressorti un score total NFI de 4.3 largement au-dessus du seuil des urgences en RCA. L’évaluation a également des besoins dans les autres secteurs notamment la wash, l’abri et la sécurité alimentaire. Apres coordination avec les acteurs intervenants sur les axes, il a été decidé que les besoins en NFI seront couverts par SI RRM, en wash et sécurité alimentaire par Oxfam et les besoins en shelters et protection par DRC.

La sécurité reste volatile dans la ville de Batangafo et sa périphérie. A Batangafo centre dans la nuit du 21 au 22 aout la base d’ONGI a été cambriolé. Sur les axes menant vers Kabo et Ouandago plusieurs cas de criminalités et d’extorsions des biens par des groupes armés ont été aussi rapportées. Le vol d’un bœuf et d’un cheval dans les environs des villages Mbala, Ngapélé et Diri a engendré une représaille des éleveurs armés contre la population. Ce qui a provoqué un mouvement préventif des habitants du village Mbala vers les champs et vers le village Ngapélé. Un cas de blessé par balle a été enregistré. Au village Bokambaye, les GSA en faction dans la zone ont manifesté et revendiqué une assistance en prétextant faisant partie de la communauté et qu’ils répondent aux critères de la sélection des bénéficiaires.