CAR

Rapport d’intervention NFI: Mécanisme de Réponse Rapide Interventions en AME et EHA Bamatara et Fah Village Sous-préfecture de Kaga-Bandoro Préfecture de la Nana-Gribizi Du 10 au 25 Novembre 2017

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Rappel du contexte

Depuis octobre 2016, les habitants des villages sur l’axe Botto ont subi des attaques récurrentes des groupes armés entrainant des mouvements de population pendulaires (déplacement et retour). Ces mouvements de populations sont amplifiés par les tensions préexistantes entre la population et les éleveurs transhumants armés assimilés aux GMA, accusés de détruire les champs agricoles au passage de leur bétail. Les habitants du village de Bamatara ont subi un nouveau choc la nuit du 17 au 18 Octobre 2017 : des hommes armés, assimilés aux GSA, se sont introduit dans le village occasionnant le décès de deux personnes, un blessé grave, le vol de deux motos et d’une conséquente somme d’argent.

Cette incursion a provoqué le déplacement massif et brusque des habitants de Bamatara, mais également des habitants des villages voisions: Fah village et Fah pilote (situés entre 1-3 km de Bamatara). La majeure partie de la population a trouvé refuge dans la brousse/champs situé dans un rayon de 1 à 2 kilomètres de leur village d’origine ; une autre partie de la population s’est réfugiée dans les villages environnant (Botokon 1 et 2).

Craignant de nouvelles incursions, une partie de la population déplacée a passé plusieurs nuits dans la brousse. Des mouvements de retour se sont progressivement amorcés à partir du 25 Octobre 2017. Dans la brousse, la population vit dans des conditions humanitaires alarmantes : abris précaire, accès limité à l’eau potable et à l’hygiène ayant un impact direct sur la santé. Dans ces conditions, certains ménages retournent dans leur village d’origine malgré l’incertitude sécuritaire qui prévaut. Cependant, à leur retour dans leurs villages d’origine, les populations retournées ont enregistrées des vols de leurs biens, qu’ils avaient dû laisser derrière eux. La régularité des chocs dans la zone a affaibli les capacités de résilience et de survie des habitants. Ils sont quasiment dépourvus de biens de première nécessité et leur mode de vie est basé sur la subsistance.

L’évaluation multisectorielle (MSA), réalisée du 31 Octobre au 1er Novembre 2017, avait soulevé des besoins en assistance multisectorielle : besoins prioritaires en Articles Ménagers Essentiels (AME), en vivres, en EHA, en santé, en éducation et en protection. La MSA a été partagé le 7 novembre 2017 aux partenaires du RRM. Une intervention en EHA a été validée par le Comité de Pilotage RRM le 8 Novembre et l’intervention en AME le 15 Novembre 2017. Cette réponse multisectorielle et complémentaire en AME et en EHA a permis (i) de couvrir les besoins complémentaires en AME et EHA des retournés, et (ii) d’améliorer la qualité de la réponse RRM dans la zone.