CAR

République Centrafricaine : Vents violents Emergency Plan of Action DREF Operation n° MDRCF022

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Historique de l’Appel

Les différents briefings avec les responsables de la FICR et de la SN CRCA ont permis de revoir le nombre de personnes à prendre effectivement en charge. Ainsi, sur 3.157 personnes recensées, le DREF a prévu de prendre en charge 445 familles. La dernière contre évaluation menée par le chargé de la gestion des catastrophes de la CRCA indique qu’en dehors des 445 familles ciblées, 160 familles vulnérables ne seront pas prises en charge par ce DREF. Nous avons donc axé notre action sur les personnes les plus vulnérables. Les critères de sélection sont basés sur les ménages dont les maisons totalement détruites, les familles avec des femmes enceintes, des enfants et des vieillards. Par ailleurs, les activités devaient être mises en oeuvre dans les 3 mois, mais le contrat du RDRT déployé a été signé pour 2 mois. Ainsi le plan d’action a été modifié pour essayer de respecter les 2 mois de contrat.

A. Analyse de la situation

Description de la catastrophe

Depuis le mois de janvier 2017, la République Centrafricaine connaît une série de vents violents. Après les villes de Kabo, Maka, Bozoum, Bossangoa, Mingala qui n’ont pas reçu d’assistance, les villes de Mbaïki, Ndolobo, Ndjoh, Lambi et Bossembelé centre situées respectivement à 107 km ,125 km et 157 km de Bangui, ont fait face au cours du mois de mars 2017, à des vents violents suite à des pluies diluviennes qui ont ainsi causé des dégâts importants. Les 75 volontaires des comités locaux dont 25 de Mbaïki, 15 de Ndolobo, 10 de Lambi, 5 de Ndjoh et 20 de Bossembelé se sont rendus dans les quartiers affectés et ont commencé à mener une évaluation de la situation, donner les premiers soins aux blessés avant de les évacuer vers l’hôpital et aider au recasement des plus vulnérables dans les familles d’accueil. Ils ont identifié et enregistré les sinistrés qui ont perdu complètement ou partiellement leurs maisons et sont sans abris tel que récapitulé dans le tableau ci-après :