République centrafricaine : Valorisation des produits forestiers non ligneux

Contexte

La variabilité des écosystèmes permet à la République centrafricaine de disposer d’une diversité biologique riche, composée de différents types de végétation: la forêt dense humide, les savanes, les forêts denses sèches, les steppes et les galeries forestières le long des cours d’eau. Ces zones fournissent des ressources capitales à une part importante de la population qui dépend des produits forestiers non ligneux (PFNL) pour sa subsistance et ses revenus. Les PFNL sont la source de nombreuses denrées alimentaires (noix, chenilles, miel, poivre, etc.), de plantes fourragères, de plantes médicinales, de plantes et animaux comestibles, de rotins, d’exsudats, etc. L’extraction des PFNL se fait en fonction de la saison. Cependant, la plupart du temps, les pratiques traditionnelles d’extraction des PFNL utilisées par les communautés (par exemple, l’abattage des arbres, la surexploitation, etc.) ont un impact très nuisible pour l’environnement.

L’agroforesterie et la transformation des produits obtenus sont très limitées à l’heure actuelle. De plus, la commercialisation des PFNL prend souvent la forme d’échanges informels. La crise de 2013 a considérablement impacté le développement de ce secteur et a également touché la résilience des communautés agroforestières.

Objectifs

• Améliorer les pratiques de gestion et d’extraction des PFNL pour leur utilisation durable et la restauration des paysages.

• Renforcer la résilience des communautés agroforestières et particulièrement celle des femmes.

• Augmenter les revenus des producteurs et des opérateurs qui dépendent des filières des PFNL grâce au développement de la chaîne de valeur de plusieurs de ces produits.

• Développer de meilleurs connaissances sur les PFNL et leurs contributions à l’économie nationale.