CAR

République Centrafricaine: Sous-Préfecture de Boali, Région Sanitaire de l’Ombella M’poko - Rapport Préliminaire , Réalisé par l’équipe d’évaluation Nutrition RRM-ACF, Du 11/02 au 15/02/2020

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

INTRODUCTION ET CONTEXTE

L’équipe d’évaluation nutrition ACF a réalisé une enquête nutritionnelle selon la méthodologie SMART rapide dans la commune de Boali du 11 au 15 Février 2020.

La commune de Boali est l’unique commune formant la sous-préfecture de Boali dans la préfecture de l’Ombella M’Poko. Située à 92 km de Bangui, avec une population de 344541 repartie dans 57 villages. La commune de Boali est reliée au reste du pays par 4 axes :
- Axe Boali- Bouboui
- Axe Boali-Birlo
- Axe Boali-Kouzoudoro
- Axe Boali-Pama

La commune compte neuf (09) groupements de villages à savoir : le groupement de Birlo, Bogoin1,
Mardoché, Boali poste, Boali Croisement, Bogoura, Bouboui, Kouzoudoro et le groupement de Lambi-centre.
Les principaux groupes ethniques présents dans la commune sont : les Gbanou, les Ali, les Gbakamandja, les Dagba, les Mandja et les Gbaya.

Les principales activités de la commune sont entre autre : la culture vivrière (manioc, courge, arachide, maïs, haricot), l’élevage de petit bétail (caprins, porcs, volaille,) et d’autres activités comme la pêche, l’agriculture, le ramassage et la vente des bois de chauffe et la fabrication des charbons de bois.

Les huits (08) formations sanitaires fonctionnelles ne bénéficient de l’appui d’aucune organisation humanitaire. On constate aussi que certains habitants des villages enquêtés parcourent plus de 28 km pour accéder à une structure de santé. Toutes les structures de santé de la commune ne disposent pas de service de prise en charge des enfants souffrant de la malnutrition aigüe sévère.

Les cout des consultations médicales varient entre 100f à 250f. L’équipe ACF a constaté aussi un faible accès à l’eau potable, car sur les vingt-cinq (25) grappes retenues pour l’enquête, la population de dix (10) grappes consomme l’eau de source non protégée, des sources non aménagées et des marigots. Cette situation peut favoriser la diffusion des maladies hydriques qui ont un impact négatif aussi sur l’état nutritionnel des enfants de 6 à 59 mois.