CAR

République centrafricaine : Rapport d'intervention NFI/EHA Sous-préfecture de Damara, Préfecture de Ombella-M'Poko Commune de Liton - Axe: Bangui – Damara Village : Liton Cité (du 10 au 20 février 2021) (SI/24.02.2021)

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

1. INTRODUCTION

Le 19/01/2021, des éléments armés ont fait une incursion dans les localités de Bodokpo et Zado, situées respectivement à 32 et 27 Km de Bangui. Ainsi, saisies de la situation, les forces de sécurité intérieure appuyés par les forces internationales, se sont rendues sur le lieu afin de traquer ces éléments armés. Par conséquence les populations de ces villages se sont déplacées précipitamment vers la localité de Liton située à 22 km de Bangui et ont trouvées refuge à l’école Félix Houphouët Boigny où ils vivent dans des conditions très déplorables, tandis que d’autres ménages ont trouvé refuge dans des familles d’accueil aux environs de PK12 sur le même axe.
Il faut noter que la tension reste perceptible au sein des localités de provenance des déplacés quoique les affrontements aient cessé.

En termes d’accès aux services de base, les déplacés éprouvent d’énormes difficultés à accéder aux soins de santé lesquels restent payant au regard de leur capacité financière paupérisée par la situation de déplacement et la perte des biens de ménage volés par les assaillants après le déplacement.

En raison des récents conflits et des pillages dans la zone le 19/01/2021, de nombreuses personnes ont fui leur village et cherchent aujourd’hui refuge dans le centre de Liton – une zone patrouillée et donc protégée. Actuellement, environ 2 000 personnes ont trouvé refuge à l’école Félix Houphouët Boigny où elles vivent dans des conditions déplorables, tandis que d’autres ont trouvé refuge dans des familles d’accueil aux environs de PK12 sur le même axe.

Un seul forage étant en activité dans la région, un nombre important de ces personnes devaient aller chercher de l’eau à la rivière, faute d’avoir un accès suffisant au point d’eau. La nécessité d’une réponse rapide pour leur assurer un accès à l’eau potable était donc urgente. Suite à ce constat, une alerte du Rapid Response Mecanism (RRM) a été partagée à la communauté humanitaire le 23 janvier 2021.