CAR

République centrafricaine : Rapport de situation (7 septembre 2021)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • Au cours du premier semestre 2021, les acteurs humanitaires en RCA sont parvenus à fournir une assistance à 1,4 million de personnes dans un contexte sécuritaire volatile.

  • Le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire a encore augmenté, pour atteindre 2.6 million - 57 % de la population.

  • La RCA est l’un des endroits les plus dangereux pour les humanitaires avec 297 incidents affectant les humanitaires depuis le début de 2021.

  • En juillet, 64 110 personnes ont fui des affrontements et des exactions, principalement dans les préfectures de la Basse-Kotto, du Haut-Mbomou et de la Ouaka.

  • Pour répondre aux besoins les plus urgents en 2021, les acteurs humanitaires prévoient d'assister 1,84 millions de personnes et auront besoin de US$ 444,7 millions.

CONTEXTE

Vers une future génération de logisticiennes dans l’humanitaire

L’action humanitaire intègre de plus en plus la dimension de genre, notamment dans l'évaluation des besoins humanitaires et la fourniture de l’assistance, afin de garantir la prise en compte des besoins spécifiques des femmes, des filles, des garçons et des hommes. C'est le cas dans l'Evaluation des besoins humanitaires 2021 et le Plan de réponse humanitaire 2021 en République centrafricaine (RCA), qui guident le travail des organisations humanitaires dans le pays. Ce travail est soutenu par le Groupe de travail sur le genre en RCA, qui réunit les acteurs humanitaires des différents secteurs thématiques et qui travaille à l'élaboration d'une approche commune de l'intégration du genre dans le cycle des programmes humanitaires.

Ouverture d’un dialogue sur l’inclusion

Afin de mieux répondre aux besoins de tous les bénéficiaires et de mieux intégrer l’égalité des sexes dans leur travail, les partenaires humanitaires en RCA s'engagent également à diversifier leurs effectifs. A cette fin, le Cluster Logistique, un forum qui regroupe les acteurs humanitaires travaillant dans le secteur de la logistique, a lancé une initiative sur le genre dans la logistique. L’initiative donne la parole tous les mois aux intervenants de ce secteur afin d’échanger des idées, d’apprendre les uns des autres, d’encourager la collaboration entre les organisation, et d’unir leurs forces et leurs plaidoyers, avec pour objectif de lancer des mesures tangibles pour permettre un plus grand accès aux femmes aux emplois de la logistique humanitaire en RCA.

Des obstacles rigides

Peu de femmes et surtout peu de femmes centrafricaines occupent des fonctions logistiques – une profession généralement considérée comme masculine. Le Cluster Logistique a récemment lancé un sondage auprès des travailleurs humanitaires évoluant dans la logistique en RCA afin de mieux comprendre les enjeux liés aux inégalités de genre dans ce secteur, notamment la composition des équipes logistiques, les barrières à l’accès à ces métiers et les efforts déjà déployés par les organisations humanitaires pour diversifier les équipes. Le sondage indique que seul un logisticien sur dix dans les organisations humanitaires en RCA est une femme. Elles occupent principalement des postes plus administratifs que décisionnels, tels que les acheteuses, les assistantes et les magasinières, et sont moins représentées dans les postes à responsabilités, tels que les chefs d’équipe et les chargés logistiques, ainsi que dans les postes de chauffeurs et de techniciens.

Travailler dans la logistique requiert des compétences dans lesquelles les femmes sont souvent moins formées ou qui les découragent en raison de préjugés sexistes chroniques, par exemple négocier dans un environnement hautement compétitif, la prise de parole et l’aptitude physique. Les filles et jeunes femmes sont souvent peu soutenues voir découragées de prendre des postures décisionnelles et sont plus susceptibles d’être orientées vers les secteurs administratifs. La conséquence – cette ségrégation des professions selon le sexe – se reflète naturellement aussi dans la composition des organisations humanitaires en RCA. En outre, les quelques femmes travaillant dans la logistique humanitaires en RCA indiquent qu’elles sont souvent confrontées à des discriminations sexistes sur le lieu de travail, telles que le manque de considération ou des problèmes d’autorité en raison de leur sexe ; un facteur de découragement considérable.

Planifier des mesures concrètes

Le sondage récent mené par le Cluster Logistique servira de base au développement d’outils communs, de formations et de plaidoyers, et à l'élaboration d'une feuille de route pour assurer une meilleure intégration des femmes dans les métiers de la logistique humanitaire.

Parmi les idées concrètes pour augmenter le taux de logisticiennes humanitaires figurent des visites et journées porte ouverte pour promouvoir les métiers de la logistique dans les écoles, lycées techniques et universités ; des formations d’introduction à la logistique humanitaire pour donner le goût aux jeunes filles et femmes et les encourager à s'orienter vers cette voie professionnelle ; et l’offre de stages en logistique dans les organisations humanitaires spécifiquement pour les femmes. Le plaidoyer se concentrera au niveau des organisations humanitaires afin d’orienter les politiques de recrutement avec des actions concrètes pour favoriser l’inclusion des femmes en logistique et de promouvoir la formation continue de ces femmes.

Les organisations humanitaires peuvent servir de modèle en RCA en diversifiant davantage leur personnel et en promouvant ainsi l’égalité des sexes, en brisant les constructions genrés des professions.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.