CAR

République centrafricaine : Rapport d’intervention WASH, mécanisme de réponse rapide - RRM

Sources
Published
Origin
View original

Attachments

I. INTRODUCTION

Rappel du contexte de l’intervention

Le 09 août 2018 le décès d’une personne soupçonnée d’être atteinte de Fièvre Virale Hémorragique (FVH) a été signalé dans le village de Mboki, sous-préfecture d’Obo, préfecture du Haut Mbomou. Ce premier cas a été suivi dans les jours suivants par 6 cas additionnels qui présentaient des symptômes similaires.

Du 11 au 12 aout, une mission conjointe composée du Ministère de la Santé, OMS, UNICEF et Croix rouge centrafricaine a été conduite à Mboki. L’évaluation a mis en lumière que les cas n’étaient pas liés au virus Ebola et également que Mboki n’était pas prête à faire face à une possible épidémie de FVH car au moment de cette évaluation, sur un total de 18 points d’eau identifié dans la zone, seulement 2 ouvrages étaient fonctionnels. Dans les mêmes jours, au niveau du Centre de Santé de Kitessa (pk 45 de Zémio sur l’axe Zémio – Mboki) deux patients présentaient les symptômes similaires de la FVH. L’inquiétude sur une possible propagation de la maladie a poussé le Copil RRM a approuver une intervention RRM en EHA dans la zone afin de réduire les risques de propagation des maladies hydriques.

Vers la fin du mois d’aout une équipe RRM d’ACTED a donc conduit une évaluation rapide en EHA et la diagnostique des points d’eau de Mboki et Kitessa. Ces évaluations rapides ont permis à l’équipe RRM de recommander les actions suivantes :

Mboki :

  • Réhabilitation urgente des points d’eau dysfonctionnels de la ville de Mboki
  • Désinfection des points d’eau réhabilités
  • Prolongement du canal d’évacuation de la source aménagée de Mboki Espoir
  • Réalisation des superstructures (puisards et clôtures) des points d’eau, où nécessaire
  • Construction de deux blocs de latrines d’urgence au Centre de Santé de Mboki
  • Mise en place de points de lavage des mains au niveau du Centre de Santé de Mboki, écoles et autres lieux publics, y compris la zone transfrontalière RCA - RDC
  • Réalisation de campagnes de sensibilisation aux bonnes pratiques à l’Eau, hygiène et Assainissement
  • Redynamisations des Comités de Gestion des Points d’Eau (CGPE) réhabilités

Kitessa :

  • Réalisation de campagnes de sensibilisation sur les bonnes pratiques EHA
  • Mise en place de points de lavage des mains au niveau du Centre de Santé

L’intervention de Kitessa n’a pu être réalisée pour le manque d’accès logistique au niveau du bac de Kéré, sur l’axe Mboki – Kitessa, ce qui a empêché l'équipe d'aller à Kitessa juste après la finalisation des activités à Mboki.

Présentation de la zone d’intervention

La ville de Mboki est composée de 10 quartiers résidentiels et compte environs 21 898 habitants, dont 20 376 personnes résidents (4 330 ménages), 522 réfugiés (104 ménages) et 1 000 déplacés (200 ménages) provenant d’autres préfectures.

Situation humanitaire de la zone avant intervention

Au moment de l’évaluation, sur un total de 18 points d’eau identifiés seulement 2 (une pompe et une source aménagés) étaient fonctionnels. L’accès à l’eau tant en qualité qu’en quantité était donc assez inquiétante. Quant à la localité de Kitessa la situation en EHA était aussi critique : un seul forage et un puit busé étaient fonctionnels, pour servir les quelques 1750 habitants.

En termes d’hygiène et d’assainissement, soit à Mboki soit à Kitessa la grande majorité des populations font la pratique de la défécation à l’aire libre. A cela il faut ajouter le manque des notions basiques en matière d’hygiène; l’insuffisance des structures d’assainissement, y compris au sein des formations sanitaires et scolaires; le manque d’hygiène du milieu de vie.