République Centrafricaine : Région Est - Sous-bureau de Bambari - Rapport hebdomadaire de situation no 25 (10 juin 2018)

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il a été publié par le sous-bureau OCHA Bambari. Sur le plan géographique, il couvre les préfectures de la Ouaka, Basse Kotto, Haute Kotto, Mbomou, Haut-Mbomou et Vakaga, couvrant la période du 4 au 10 Juin 2018.

FAITS SAILLANTS

  • Persistance des tensions et des combats dans la ville de Bambari

CONTEXTE

Préfecture de la Ouaka

Affrontements entre les groupes armés rivaux dans la ville de Bambari, S/P Bambari Des combats ont éclaté dans la ville de Bambari le 06 Juin entre groupes armés suite à une tentative de démolition d’une maison appartenant à un sujet musulman par l’un d’eux. Dans la foulée du chaos créé, l’Evêché a encore une fois failli être pillé n’eut été l’intervention des forces de la MINUSCA. Alors que des retours des personnes déplacées étaient rapportés aussi bien dans certains quartiers que sur les sites Sangaris et Alternatifs, ce nouveau regain des tensions a stoppé la dynamique enclenchée. Le dernier épisode d’affrontements du 10 Juin va davantage aggraver la situation.

Marches pacifiques organisées par les différentes communautés à Bambari, S/P Bambari Deux marches pacifiques ont été organisées les 4 et 6 juin respectivement par les communautés musulmane et chrétienne de la ville de Bambari. La première demandait le retrait des Forces Spéciales Portugaises de la ville de Bambari entre autres revendications ; tandis que la deuxième exigeait le déploiement des FACA, et le retrait des forces Mauritaniennes, entre autres. Toutes ces manifestations se sont déroulées pacifiquement.

Recrudescence d’actes d’agression à mains armées à Ngakobo, S/P Kouango 3 personnes ont été tuées le 04 juin lors d’une tentative de vol à main armée du bétail dans un campement Peulh à 05 Km de la ville de Ngakobo sur l’axe menant à Goya. Cet incident fait suite au braquage d’un leader religieux la semaine dernière dans la même localité où des tensions intercommunautaires sont déjà assez vives.

Menace des éleveurs d’abandonner un couloir de transhumance dans la Sous-préfecture de Kouango Les éleveurs transhumants passant par l’axe Kouango – Lihoto menacent d’abandonner ce couloir suite aux multiples barrières y érigées par des hommes armés à partir de Bangao, village situé à 50 Km au nord-ouest de Kouango. L’abandon de cette zone par les Peulhs transhumants pourrait avoir des conséquences sur le ravitaillement en viande du marché local et de celui de Bangui.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.