République Centrafricaine: Région : Est - Rapport hebdo de la situation no 8 (26 février 2017)

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il a été publié par le Sous-bureau OCHA Bambari et couvre la période du 19 au 26 février 2017. Sur le plan géographique, il couvre les préfectures de Ouaka, Basse-Kotto, Haute Kotto, Mbomou, Haut-Mbomou et Vakaga.

FAITS ESSENTIELS

· Situation de la protection des déplacés peuhls au niveau du Lycée d’Ippy : le processus est en cours pour leur éventuelle relocalisation;

· La localité de Liwa (10 Km de Bambari vidée d’une partie de sa population suite à une présence inhabituelle d’hommes armés ;

· Conclusions de la mission d’évaluation de la situation humanitaire, faite sur l’axe Bria-Ippy par un partenaire humanitaire de Bria le 23 février ;

· 8 000 personnes déplacées assistées en vivres PAM, via l’ONG Espérance, à Maloum ;

· Problématique d’éducation dans la Sous-préfecture de Kouango.

CONTEXTES SECURITAIRE ET HUMANITAIRE

Préfecture de la Ouaka :

· Le contexte de cette semaine est marqué par le retrait des leaders des groupes armés de la ville de Bambari en lien avec la mise en application de la mesure ‘’Bambari ville sans groupes armés’’ décrétée par la MINUSCA. En vertu de cette mesure, les leaders des groupes armés étaient appelés à quitter Bambari, tandis que leurs hommes qui resteraient ne devraient plus être vus ni en armes ni en tenues.

· Bien avant, en début de semaine, la ville de Bambari avait connu trois (3) manifestations populaires. Le 20 février, des membres de la communauté musulmane protestaient contre le retrait du leader d’un groupe armé. Après la marche, une partie des manifestants avait organisé un sit-in devant la MINUSCA pendant environ 24 heures. Le 21 février, des membres de la communauté chrétienne de la ville de Bambari avaient, à leur tour, organisé deux marches (sur les deux rives de la ville) en vue de soutenir le départ du même leader.

· Dans le cadre du renforcement de la sécurité dans la ville de Bambari, la Force internationale a instauré depuis le 23 février au soir un couvre-feu allant de 19h00 à 6h00.

· Malgré le climat de psychose lié à la multiplication d’informations et rumeurs sur des mouvements des groupes armés dans et autour de Bambari, le calme règne dans la ville, et les activités commerciales qui étaient à l’arrêt depuis l’après-midi du 20 février ont repris progressivement depuis le 22 février. Les écoles, par contre, sont restées fermées toute la semaine.

· Il a été rapporté l’agression d’un jeune peuhl au Quartier Wangaye/Bambari le 24 février. L’incident serait parti d’un malentendu entre le peuhl en question et un menuisier chez qui il avait laissé un mobilier pour réparation. Suite à cet incident, certains jeunes de la communauté musulmane de Bambari ont saccagé l’atelier et la maison du menuisier. Certains notables de la communauté d’origine du jeune susmentionné mettent cet incident au compte de règlements de comptes à l’endroit des ressortissants de leur communauté suite au retrait du leader du groupe armé auquel certains habitants de la ville de Bambari ont tendance à les assimiler.

· Deux (2) jeunes hommes qui voyageaient dans un convoi parti de Bria pour Bambari auraient été interceptés et extrait dudit convoi par des hommes armés au niveau de la localité de Tagbara (75 km sur l’axe Ippy – Bambari), le 21 février. Quelques jours plus tard, les deux personnes ont été libérées et se trouvent à Bambari. Cet incident aurait suscité, le même jour de cette disparition, le courroux d’un groupe de jeunes qui, en représailles, ont tenté de procéder à des enlèvements sur le site des déplacés peuhls sécurisés par les forces, à Ippy. En répondant au coup de feu des manifestants déchaîné à l’endroit de ces forces, deux personnes ont trouvé la mort.

· Le 23 février, des hommes armés ont fait une incursion dans un campement situé à 5 km du point Baidou sur l’axe Bambari-Ippy, tuant un peuhl et emportant deux troupeaux de boeufs. Le reste des peuhls se sont retranchés dans la brousse afin de préserver le reste des boeufs contre les attaques de ces assaillants.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.