République centrafricaine : Région Centre Sous-bureau de Kaga Bandoro Rapport hebdomadaire de situation no 26 (02 au 08 juillet 2018)

FAITS SAILLANTS

• Mouvement de population des villages sur l’axe Ndomété – Mbrès : 609 personnes enregistrées à Mala et 127 à Kaga-Bandoro

• Extorsion de fonds sur les humanitaires : 2 ONGI forcées d’être escortées par les éléments d’un Groupe armé au village Yaganrandji sur l’axe Kaga-Bandoro-Dekoa

• Dépistage nutritionnel sur les sites des PDIs à Batangafo : 382 enfants de 6 à 23 mois dépistés et bénéficient la super céréale.

• Dotation de kits nutritionnels et de médicaments essentiels de base par UNICEF au District Sanitaire de la Nana-Gribizi.

CONTEXTE

Préfecture Nana Gribizi

• Mouvement de population suite aux affrontements entre les éléments armés sur l’axe Ndomété - Mbrès

Le bilan des affrontements entre les groupes armés entre 3 à 20 km de Mbrès-centre sur l’axe Ndometé tend à s’alourdir avec le pillage des postes de santé de Blakadjia, Maorka et la pharmacie du centre santé de Mbrès ainsi que la tuerie du chef de poste de santé de Blakadja. Le monitoring de mouvement effectué par les acteurs humanitaires fait état d’environ 609 personnes arrivées dans la sous-préfecture de Mala dont 17 femmes enceintes et 121 enfants de moins de 5 ans. Ces personnes s’installent dans les maisons non habitées et dans des familles d’accueil du village Semandele et de la ville de Mala. Une personne blessée a été évacuée à l’hôpital communautaire de Bangui par l’ONG ALIMA. Par ailleurs, environ 23 ménages pour 127 personnes sont arrivées à Kaga-Bandoro et se sont éparpillées dans le quartier Mambea et sur le site MINUSCA. La MINUSCA continue la négociation avec les groupes armés pour la cessation des hostilités et la reprise de trafics sur cet axe. Du 06 au 07 juillet 2018, la MINUSCA a conduit une JAM (Joint Assessment Mission) dans les villages affectés et à Mbrès-centre. Cette mission a constaté que tous ces villages ci-haut indiqués sont vidés de leurs populations et incendiés. Les humanitaires continuent à suivre l’évolution de la situation sécuritaire de la zone pour pouvoir mener une évaluation holistique des besoins humanitaires.

• Extorsion de fonds sur les humanitaires sur l’axe Dekoa

La situation sécuritaire sur l’axe Kaga-Bandoro-Dekoa, caractérisées par des braquages sur les usagers de cet axe, reste très préoccupante, en particulier sur le tronçon Kaga-Bandoro-Mbiti (30 km de Kaga-Bandoro). Les 3 et 4 juillet, au niveau du village Yagarandji, des éléments d’un groupe armé ont forcé deux convois humanitaires à se faire escorté moyennant le versement d’une somme d’argent. Cette pratique risque de mettre à rude épreuve la neutralité humanitaire et rétrécir davantage l’espace humanitaire. Pour prévenir des cas similaires, sous le lead d’OCHA, s’est tenue le 07 juillet, une réunion entre les humanitaires et 14 leaders de deux communautés de KagaBandoro. A cette rencontre il est recommandé l’utilisation d’une approche communautaire en renforçant les structures existantes pour la sensibilisation relative à la libre circulation des acteurs humanitaires dans la région.
A cet effet, une note conceptuelle est en cours de finalisation par OCHA pour orienter la démarche et les actions à entreprendre.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.