CAR

République centrafricaine : Région Centre Sous-bureau de Kaga Bandoro Rapport hebdomadaire de situation no 23 (11 au 17 Juin 2018)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il a été publié par le sous-bureau OCHA Kaga Bandoro. Sur le plan géographique, il couvre les préfectures de la Kémo, de l’Ouham, de Nana Gribizi et de BaminguiBangoran.

FAITS SAILLANTS

• Recrudescence de braquages sur l’axe KagaBandoro-Dékoa, une situation préoccupante pour le transport public et humanitaire : 3 cas de braquages et incursion d’éléments armés dans un village enregistrés.

• Deuxième phase de l’opération d’appui au retour à Kaga Bandoro : 148 ménages PDIs du site Mbella appuyés en cash et kit NFI

• Reprise des activités RRM : Distribution de kits NFI complet à 1.189 ménages retournés dans 17 villages sur axe Ouandago.

CONTEXTE

Préfecture Nana Gribizi

• Recrudescence des cas de braquage sur l’axe Kaga-Bandoro-Dékoa

Le calme relatif observé dans la ville de Kaga Bandoro demeure fragilisé par la situation sur les axes qui est fortement marquée par les attaques d’hommes armés sur les convois. En particulier sur l’axe Kaga-BandoroDékoa, où une recrudescence d’actes de banditisme et criminalité perpétré par des individus armés a été enregistrée durant la période en revue. 2 cas de braquages ont été rapportés sur les humanitaires le 14 juin2018 : une équipe du prélat catholique, au niveau du village Yagarandji (15km) et une autre sur un convoi de l’ONG Plan International au village Ndowara (5km). Des effets personnels et des outils de travail ont été emportés. Cet axe qui relie Kaga-Bandoro-Bangui, via Dékoa et Sibut, est la seule voie terrestre de ravitaillement en marchandises de première nécessité et des intrants humanitaires. Sur l’axe du nord de Ouandago, dans la soirée du même jour, une équipe de transport des vivres PAM est tombée dans une embuscade tendue par des hommes armés, à 20 km de Ouandago sur axe Batangafo. Ces actes justifient les multiples suspensions d’activités sur le terrain.

Préfecture de l’Ouham

• Volatilité de la situation sécuritaire à Batangafo et sur les axes limitant l’accès humanitaire

En dépit de l’accalmie observée à Batangafo justifiant le mouvement progressif de retour des PDIs dans les quartiers, la situation sécuritaire demeure encore volatile dans ses environs immédiats. Des sources locales ont signalé l’arrivée des nouveaux éléments armés en renfort d’un groupe armé. Ceci a obligé tous les acteurs humanitaires, excepté MSF, de limiter drastiquement leurs mouvements, dans et en dehors de la ville de Batangafo.

• Mission sectorielle de suivi humanitaire effectuée à Batangafo du 13 au 15 juin 2018 : Education et Wash

Du 13 au 15 Juin 2018, la ville de Batangafo a accueilli une mission conjointe UNICEF et ECAC. Celle-ci avait pour objectif, d’une part, de faire le suivi de la mise en œuvre du projet des ETAPEs dans la localité et, de l’autre, d’évaluer la situation du secteur Wash pour un éventuel appui. En effet, le système éducatif fonctionne difficilement dans la sous-préfecture de Batangafo depuis le début de l’année scolaire 2017-2018 suite à l’instabilité sécuritaire et à l’absence, dans la zone, des partenaires couvrant ce secteur : 6 écoles sont fonctionnelles sur les 34 que compte le secteur scolaire de Batangafo1 tandis qu’aucune école n’a repris les cours dans le secteur de Batangafo 2. Ainsi, suite à la recommandation de la mission ICC effectuée en décembre 2017 à Batangafo, l’UNICEF en partenariat avec ECAC avait lancé un projet de construction de 42 salles de classes sur les sites dont 24 à Batangafo et 18 à Ndoubou pour 7.484 enfants ciblés. Ce projet a pris un retard dans sa mise en œuvre jusqu’à fin mai 2018 suite au climat d’insécurité qui a prévalu.

Par ailleurs, le nouveau site Zibo-Bagga qui regorge de près de 2.800 personnes souffre depuis sa création d’une absence de prise en charge multisectorielle exposant les PDIs à divers risques. Aucune activité EHA n’y est lancée et ces personnes sont toujours en marge de l’assistance alimentaire, suite respectivement au manque de moyens et à la validation des données de profilage.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.