CAR

République centrafricaine : Préfecture de la Ouaka - Des milliers de personnes risquent d’être déplacés à nouveau - Point de situation No. 2, 23 février 2017

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. POINTS SAILLANTS/PRORITES

  • Le Chef de l’UPC, Ali Darrassa, quitte Maloum
  • 200 à 250 personnes à Ippy vont être exfiltrées vers Bambari et Maloum

II. Aperçu de la situation

  • Le Chef l’UPC, Ali Darrassa, a passé la nuit du 22 au 23 février 2017 à Maloum. Aux premières heures du 23, il a quitté cette localité pour une destination encore inconnue. Au préalable, il a rencontré les notables de Maloum et les aurait informés de son intention de ne pas s’y installer.

  • La Force internationale a confirmé sa disponibilité à escorter les 200 à 250 personnes qui vivent en enclave à Ippy depuis le 11 février vers Bambari ou Maloum en fonction des possibilités d’accueil qui s’offrent au groupe. Il convient de rappeler que Maloum accueille déjà près de 4 000 nouveaux déplacés venus de localités de la Haute et Basse Kotto ainsi que de la Ouaka où des groupes armés rivaux se sont affrontés (Ndjoubissi, Ndassima, Ippy, Bélengo, Mbroutchou et Atongo-Bakari).

  • Dans le cadre de la mise en œuvre de la mesure «Bambari ville sans groupes armés », la Force internationale a demandé aux autres groupes armés de quitter Bambari à l’instar de l’UPC. Après la grande panique, la vie reprend son cours petit à petit à Bambari. Les commerces rouvrent progressivement mais les écoles restent encore fermées.

III. Besoins humanitaires et réponse

  • Une fois exfiltré, le groupe de 200 à 250 personnes isolées à Ippy bénéficiera du même appui humanitaire accordé aux déplacés qui se trouvent déjà à Bambari ou à Maloum. Le Programme alimentaire mondial a prévu une distribution de rations alimentaires à Maloum dès que la situation sécuritaire le permettra.

  • Malgré la restriction de mouvement à Bambari imposée également aux humanitaires, l'approvisionnement des sites de déplacés en eau potable s'est poursuivi.

IV. Coordination

Une concertation est en cours entre la Force internationale, les partenaires humanitaires (HCR et OCHA), la composante civile de la MINUSCA ainsi que les autorités d’Ippy et et Maloum et certains leaders communautaires pour définir les modalités pratiques (logistique, sécurité, accueil, …) du départ de la communauté à risque d’Ippy vers Maloum ou Bambari. OCHA poursuit aussi son plaidoyer avec les groupes armés pour que ce transfert ne soit affecté par aucun incident sécuritaire.

V. Financement

Le financement du Plan de réponse humanitaire (PRH) pour 2017 est de 399,5 millions de $ américains.
OCHA encourage les partenaires et les bailleurs à rapporter leurs financements à travers le Financial Tracking Service (FTS- http://fts.unocha.org; fts@un.org). Cette action collective permet de suivre le taux de financement du Plan de réponse humanitaire, analyser les gaps et les besoins et prendre les décisions stratégiques appropriées pour l'allocation des fonds.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.