CAR

République Centrafricaine : Mise à jour du suivi à distance - février 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

En plus de la détérioration de l’accès alimentaire, le conflit pourrait perturber les activités agricoles

MESSAGES CLÉS

• Les déplacements de populations, la hausse des prix, la baisse des revenu, l’épuisement précoce des stocks de l’autoproduction et l’inaccessibilité des populations par l’assistance sont les facteurs qui dégradent l’accès alimentaire des ménages, en particulier les victimes des inondations dans le nord, les PDI et populations hôtes pauvres au nord-ouest, à l’est et au sud-est devraient faire face une insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC) entre février et septembre.

• Le blocage de la principale voie d’approvisionnement avec le Cameroun, le couvre-feu en cours et le mauvais état des routes, limitent la fréquentation et l’approvisionnement des marchés aussi bien en produits locaux qu’importés. Cela entraine une volatilité des prix. L’approvisionnement du marché dans la capitale est rendu possible grâce aux escortes de marchandises, et il n’est pas exclu la possibilité de blocage isolé d’autres routes au regard de la dispersion des groupes rebelles dans plusieurs préfectures. L’offre de denrées, pourrait demeurer en-dessous de la moyenne des deux dernières années et les prix légèrement plus élevés jusqu’en septembre en particulier les produits importés.

• La poursuite des combats pourrait perturber les activités de préparation des sols entre février et juin. De même, la baisse des revenus par rapport à normale et les difficultés d’accès aux marchés vont limiter l’acquisition des intrants par les producteurs. Dans l’ensemble, il est probable que les superficies à emblaver pour la saison à venir soient inférieures à celles de la saison écoulée.