République centrafricaine : Mise à jour du suivi à distance - Août 2017

Report
from Famine Early Warning System Network
Published on 29 Aug 2017 View Original

Risque élevé de crise humanitaire de grande ampleur dû au regain du conflit civil

MESSAGES CLÉS

• Les violences intercommunautaires gagnent du terrain et les milices armées prennent pour cible les populations civiles ainsi que les acteurs humanitaires et les Casques bleus. Face au regain des violences, de hauts responsables des Nations unies (ONU) évoquent le risque d’un génocide.

• L’instabilité perturbe les stratégies habituelles de subsistance et entrave l’intervention humanitaire. Par ailleurs, on compte 100 000 nouvelles personnes déplacées dans les zones du nordouest, sud-ouest, sud-est et centre (Ouham Pende, Nana Mambéré, Basse Kotto, Mbomou, Haut Mbomou, Haute Kotto).
Selon les estimations d’OCHA du 31 juillet, ces nouveaux déplacements portent le nombre de déplacés internes à 600 000 personnes.

• Au regard de la situation des moyens d’existence des personnes déplacées ou pauvres résidents, les conditions de sécurité alimentaire et de nutrition restent préoccupantes. L’insécurité alimentaire aiguë de Crise (Phase 3 de l’IPC) va persister jusqu’en janvier 2018 et sera observée principalement dans les zones du nord-ouest, sud-ouest, sud-est et centre (Ouham Pende, Nana Mambéré, Basse Kotto, Mbomou, Haut Mbomou, Haute Kotto).