CAR

République centrafricaine: le Secrétaire général se félicite des élections à venir, « étape cruciale » pour le processus politique, et appelle au dialogue

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

SG/SM/20302

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à la réunion de haut niveau sur la République centrafricaine:

Je suis heureux de me joindre à vous et vous remercie de votre participation à cette réunion sur la République centrafricaine.

La période à venir sera décisive pour le pays. Les élections présidentielle, législatives et locales représentent une opportunité unique pour la réconciliation nationale et la consolidation de la paix ainsi que de l’ordre constitutionnel et des acquis démocratiques du pays.

Les élections constituent également une étape cruciale pour la continuité du processus politique. Dans ce cadre, l’Accord Politique du 6 février 2019 demeure le seul cadre viable pour une paix durable dans le pays.

Je salue le soutien apporté par certains groupes à mon appel au cessez-le-feu, réitéré la semaine dernière, et j’espère que l’engagement à cet égard de la part des principaux groupes armés en RCA contribuera à consolider les acquis de l’Accord de paix.

Les autorités centrafricaines ainsi que toutes les parties prenantes nationales ont une responsabilité historique dans le bon déroulement de ces élections, qui doivent être libres, transparentes, sécurisées, inclusives et dans les délais constitutionnels.

À cet égard, j’appelle toutes les parties prenantes à privilégier le dialogue national et la recherche de consensus, dans un esprit de respect et de tolérance entre les différentes ethnies et religions.

Le peuple centrafricain dans toutes ses composantes, et notamment les femmes, les jeunes, les déplacés et réfugiés, doit être au cœur des efforts de consolidation de la démocratie et par conséquent de ce processus électoral.

Il est essentiel que la communauté internationale reste mobilisée pour soutenir ce processus de manière coordonnée.

Je remercie à cet égard tous les partenaires mobilisés qui ont fourni un soutien important et l’appui technique nécessaires à la préparation des élections. Je souhaite appeler à la générosité de tous les partenaires afin de combler le déficit financier pour les élections présidentielles et législatives de décembre, mais aussi pour les élections locales prévues en 2021.

L’ensemble des populations centrafricaines, y compris ceux qui sont réfugiés et généreusement accueillis dans les pays voisins, doivent bénéficier des retombées positives des efforts de paix et de démocratie.

Depuis notre réunion de haut niveau sur la République centrafricaine en septembre dernier, des progrès importants ont été réalisés dans la mise en œuvre de l’Accord politique soutenu par les Nations Unies, en étroite collaboration avec ses garants.

Nous avons vu des avancées en matière de réformes législatives, dans le domaine du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration, ainsi que dans l’extension de l’autorité de l’État à travers le pays. Il est important de poursuivre et de consolider ces efforts avec l’ensemble des protagonistes.

Malgré la pandémie, les mécanismes de mise en œuvre de l’accord ont permis un dialogue constructif entre le Gouvernement, les groupes armés, les partis politiques et les représentants de la société civile. Je souhaite féliciter tous ceux qui ont œuvré en ce sens et j’invite les autres à joindre cette marche de l’histoire.

La situation sécuritaire s’est également améliorée dans certaines zones du pays, grâce à l’engagement politique et constant de la MINUSCA, complétée par une posture robuste et dynamique en soutien des efforts des autorités centrafricaines.

Je reste cependant préoccupé par le nombre important de violations des droits humains et des violations de l’Accord.

Les engagements pris par tous les signataires doivent être respectés. Je souhaite en particulier condamner fermement toutes les attaques ciblant les civils, les travailleurs humanitaires et les casques bleus.

Ces attaques, qui peuvent constituer des crimes de guerre, doivent immédiatement cesser, et j’appelle les autorités à redoubler d’efforts pour traduire leurs auteurs en justice et garantir la protection des civils et renforcer les mesures pour répondre à la violence dirigée contre les femmes.

Ne nous y trompons pas: aucune paix durable ne sera possible sans le respect de l’Accord mais aussi sans de réelles avancées en matière de développement.

Les besoins humanitaires et le développement durable du pays restent une priorité urgente. Ces besoins se sont accentués en raison de la pandémie et n’ont pas permis de progrès dans la réalisation du Programme 2030 et de l’Agenda 2063.

Les dividendes de la paix doivent profiter à tous les Centrafricains, notamment les plus vulnérables et ceux qui sont historiquement marginalisés.

Notre partenariat avec les institutions financières internationales est en ce sens crucial, et je salue l’engagement de la Banque mondiale en République centrafricaine.

Les avancées en matière de développement permettront de réduire les besoins humanitaires. Malheureusement, et comme les années précédentes, la communauté humanitaire a reçu moins de la moitié des fonds nécessaires pour subvenir aux besoins des 2,6 millions de Centrafricains en situation précaire.

Je lance un appel aux donateurs afin qu’ils renforcent de manière significative leur coopération avec la Centrafrique dans les domaines économique et humanitaire.

Le soutien des partenaires de la RCA reste indispensable pour la tenue d’élections justes, transparentes et inclusives dans les délais constitutionnels, ainsi que pour la mise en œuvre pleine et entière de l’Accord Politique.

Je me félicite en ce sens du partenariat avec l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, les pays de la région et d’autres partenaires importants comme la Banque mondiale, l’Union européenne et le Fonds monétaire international.

Les Nations Unies continueront à soutenir les Centrafricains à travers l’Équipe pays, la MINUSCA –et je voudrais rendre hommage aux casques bleus qui poursuivent leur mission dans des conditions difficiles– ainsi que mon Représentant spécial, Monsieur Mankeur Ndiaye, dont je salue l’engagement indéfectible.

Je vous souhaite une réunion pleine de succès. Et je vous remercie.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.