CAR

République Centrafricaine : Aperçu humanitaire (au 29 février 2016)

Source
Posted
Originally published

Attachments

Préfecture de l’Ouham / Sous-préfecture de Batangafo / Batangafo

 Le 25 février, un incendie d’origine accidentelle s’est une nouvelle fois produit sur le site de la Mission catholique à Batangafo. Le bilan partiel fait état de 85 abris incendiés et 75 autres détruits pour éviter la propagation. Des pertes de matériels et biens, notamment des NFI et stocks de nourriture ont été également enregistrés. Les ménages victimes sont référés au niveau de la salle des jeunes de l’église catholique et de l’ancien local de la mairie

 Du matériel d’urgence a été mobilisé par les partenaires pour maitriser l’incendie et limiter les dégâts. Les installations d’assainissement ont été remises en état. Les besoins des intrants non alimentaires (NFI) pour les familles victimes de l’incendie devraient être couverts cette semaine. En revanche une distribution alimentaire qui n’a pas couvert l’ensemble des bénéficiaires a donné lieu à des pillages où une partie des stocks a été prise par la population.

Préfecture de l’Ouham / Sous-préfecture de Batangafo / Mbali

 Mouvements de retour timide des PDI au village de Mbali suite aux déplacements générés par les différents incidents que connaît l’axe Kambakotta-Nana Bakassa depuis décembre. Au cours du mois de février environ 230 personnes sont retournées. 1 422 PDI sont toujours en familles d’accueil au niveau des villages Kaboro, Katie et Kabomandjiki.  Le village est marqué par une forte présence d’un groupe armé risquant d’en faire à nouveau une cible en cas d’affrontement. Le bâtiment scolaire en très bon état n’est pas fonctionnel depuis plus de 3 ans. La situation en EHA est marquée par la panne de 2 forages d’eau sur 3. Sur le plan sanitaire, le centre de santé est en bon état, le chef de poste est sur place, mais aucun équipement et médicament ne sont disponibles. Nécessité de suivre l’évolution des mouvements de retour dans la zone.  Difficultés d’accès aux champs par les ménages dans la zone à cause de l’insécurité et de la présence d’éleveur transhumants à proximité. Les récoltes des cultures sur des parcelles à proximité des maisons sont très insuffisantes. Cela pousse les ménages à réduire leur consommation à un repas par jour.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.