République centrafricaine : Aperçu humanitaire (au 02 janvier 2018)

Préfecture de l’Ouham / Sous-préfecture de Batangafo / Kambakota

Mouvement de population: Suite à l’attaque de la ville de Kambakota le 20 décembre par un groupe armé, le bilan provisoire fait état de 300 maisons incendiées, incendie du centre de santé, incendie des greniers où sont stockés les produits agricoles des ménages. Le village est déserté de sa population estimée à 2000 personnes dont la majorité serait dirigée en famille d’accueil dans les villages sur l’axe Kambakota-Benzambe. L’accès étant difficile dans la zone à partir de Batangafo, la situation est suivie par les partenaires et OCHA à partir de Bossangoa. Une évaluation multisectorielle sera organisée dans les jours à venir une fois que la situation sécuritaire s’améliore.

Préfecture de l’Ouham / Sous-préfecture de Kabo / Kabo

Protection et accès humanitaire: Le 28 décembre 2017, des individus armés ont fait incursion dans la base d’une organisation humanitaire. Des matériels ont été emportés. Il s’agit du 4ème incident impactant les humanitaires enregistrés au cours du mois de décembre dans la ville de Kabo. Avec l’absence de la présence directe de la force MINUSCA dans la zone, les groupes armés exercent des exactions sans être inquiétés. Cette situation a impacté les activités humanitaires notamment, la limitation de mouvements sur les axes. Les cas de braquages qui persistent sur les acteurs humanitaires risquent de retarder le retour du personnel de certaines organisations relocalisé à Bangui depuis le 09 décembre 2017. Il est important de poursuivre le plaidoyer pour le déploiement de la force dans la zone et le respect des principes humanitaires.

Préfecture de la Nana - Gribizi / Sous-préfecture de Kaga- Bandoro / Kaga-Bandoro

Réhabilitation: Le 22 décembre 2017, 107 ménages sur 127 qui étaient sur le site Kando à Kaga-Bandoro sont retournés dans leurs quartiers d’origines suite à un accompagnement au retour du gouvernement (Projet PARET) avec l’appui d’un acteur humanitaire. Le profilage des 20 autres sont en cours pour favoriser leur retour. Sur le site Lazare, 515 sur 1 369 ménages manifestent leur volonté de retourner aux quartiers. La sensibilisation et l’appui au retour en faveur de ces derniers sont prévus en 2018. A ce titre, les acteurs humanitaires ont fait un plaidoyer pour le respect du caractère volontaire du retour, la protection et le respect de la dignité des personnes dans le processus de retour.

Préfecture de la Ouaka / Sous-préfecture de Ippy / Ippy

Protection / Multisectoriel: Les résultats de la mission conjointe du 27 au 29 décembre à Ippy montrent plus de 7 706 personnes déplacées sur 2 sites de regroupement (Eglise Catholique et Centre de santé Mid-Mission) contre les 15 000 qui y étaient rapportés initialement. Cette diminution est relative au départ d’environ 7 000 personnes, qui ont quitté le site du centre de santé Mid-Mission pour se retrancher en brousse après les attaques du 12 décembre visant cette structure sanitaire. Des menaces pressantes d’attaques du site de l’Eglise Catholique par les groupes armés sont rapportées. Les besoins sont multisectoriels dont les plus accrus en Protection (cas de VBG). Des réponses sont planifiées et en cours (santé, nutrition, eau/assainissement, abris/NFI/CCM) et le suivi pour la couverture de certains gaps au niveau national, se poursuit.

Préfecture de la Haute-Kotto / Sous-préfecture de Bria / Bria

Protection: A Bria, une accalmie relative règne dans la ville. Toutefois, des cas de banditisme et d’assassinat de personnes sont rapportés dans et aux alentours de la ville de Bria. Le 26 décembre, un homme qui se rendait au champ, a été tué par des hommes armés sur l’axe Bria-Ippy. Le 25 décembre, il a été rapporté sur le même axe (de PK8 à PK18), qu’une bande armée rançonnait les habitants qui vont dans leurs champs. Le bilan fait état d’un homme blessé avec un vélo qui serait confisqué puis relâché après avoir versé une amende de 20 000 XAF. Le 23 décembre, un commerçant a été victime d’un cas de braquage perpétré par des hommes armés dans son domicile dans la ville de Bria. Les assaillants auraient emporté une somme de 3 millions XAF et plusieurs carats du diamant.

Moyens de Subsistance et Stabilisation communautaire: Un partenaire humanitaire a organisé durant la semaine du 25 décembre, une séance de renforcement des capacités au profit de 220 bénéficiaires. Au total, 120 ont vu leurs capacités renforcées en itinéraires techniques du maraîchage et 200 en activités génératrices de revenu portant sur la thématique de l’étude du marché, le compte d´exploitation et la vie associative. Ces séances préparent les bénéficiaires dans le cadre de la mise en œuvre des activités maraichères à Bria. Concomitamment, l’organisation humanitaire a distribué des semences au profit de 5 groupements dont 2 à Gobolo, 1 à Lasmi, 1 à Fadama, 1 à CEBI.

Préfecture de l’Ouham-Pende / Sous-préfecture de Paoua / Paoua et ses environs

Protection: Depuis le 27 décembre, suite à l’assassinat du leader d’un groupe armé, des affrontements entre groupes armés ont eu lieu à Bessah, Betoko et Gouzé situées respectivement à 26 km, 50 et 20 km au Nord de Paoua. Le bilan provisoire fait état de cinq blessés évacués à l’hôpital de Paoua et pris en charge par un acteur humanitaire, un déplacement préventif d’environ 600 ménages déplacés des villages environnants enregistrés par les acteurs humanitaires le 31 décembre 2017 à Paoua centre. Il y a également plusieurs centaines de personnes craignant pour les vies rassemblées à côté de la base MINUSCA. Ces incidents ont obligé les humanitaire à restreindre leurs mouvements au-delà de Paoua centre. Une réunion de sécurité a eu lieu entre les acteurs le 2 janvier.
La MINUSCA a renforcé ses effectifs et multiplié les patrouilles en ville. Une évaluation multisectorielle sera organisée dans la ville de Paoua (zone de regroupement et famille d’accueil) une fois que la situation sécuritaire s’améliore mais il faut noter qu’il y a des besoins urgents en vivres, NFI et santé.

Préfecture de l’Ouham-Pende / Sous-préfecture de Paoua / village Doula

Abris: Un acteur humanitaire vient de réhabiliter 150 maisons au village Doula situé à 40 km au sud-est de Paoua. Pour rappel, ces maisons ont été incendiées par des groupes armés il y a plus d’une année dans les villages de (Doula I, Doula II et Poukao). 80 autres maisons sont en cours de réhabilitation par un autre acteur humanitaire.

Education: Un acteur humanitaire a doté les écoles des localités de Doula et Bele situé respectivement à 40 km au sud-est et 45 km au sud-ouest de Paoua en 50 tables blancs chacune. Depuis le départ d’un partenaire humanitaire en juillet 2017, aucun acteur n’intervient dans le domaine de l’éducation dans la zone. Les grands défis restent le manque de personnel qualifié ainsi que le manque de tables et bancs dans les salles de classe.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.