CAR

République centrafricaine : La Malnutrition causée par les diamants

Source
Published
Origin
View original
La chute du prix du diamant sur le marché international a causé une augmentation dramatique de la malnutrition dans la région fertile du sud-ouest de la République centrafricaine (RCA).

La centaine de personnes qui attendent de recevoir des soins dans ce centre de nutrition de la petite ville de Boda au sud-ouest de la République centrafricaine n'ont probablement jamais vu de diamant, mais leur destin est étroitement lié à cette pierre précieuse, exploitée à l'extérieur de la ville et vendue sur les marchés internationaux.

Les signes d'une malnutrition aig=FCe sont bien présents autour du centre; des enfants aux ventres gonflés et aux cheveux roussis, des mères si amaigries qu'elles peuvent à peine marcher. Ils sont là pour recevoir des compléments nutritifs dans l'espoir de recouvrer la santé.

Marcelline Komia a 4 enfants, elle a vingt trois ans mais son corps est si décharné qu'elle fait quatre fois son âge. Elle est dans ce centre de nutrition thérapeutique depuis deux semaines avec ses deux enfants malades, tous deux en bas âge.

«Je savais que quelque chose n'allait pas avec mes enfants, ils pleuraient beaucoup, ils ne dormaient pas et étaient souffrants». Marcelline a parcouru environ 145 kilomètres pour recevoir ces soins, ce qui souligne le manque de services disponibles pour les personnes souffrant de malnutrition.

Il est difficile d'imaginer comment la malnutrition a pu devenir un problème dans cette partie de la République centrafricaine. Elle ne résulte ni d'une catastrophe naturelle ni d'un conflit. La terre est extrêmement fertile, les précipitations sont bonnes et de grandes forêts vierges fournissent différentes sources de nourriture. Il n'y a pas non plus de conflit régional; cause fréquente de déplacements de communautés et de manque d'accès à la nourriture et par conséquence de malnutrition.

Le Docteur Michel Yangakola, qui dirige un centre de santé local, indique que cette malnutrition aig=FCe a été découverte pour la première fois en 2007. «Nous avons réalisé qu'il y avait un problème quand nous avons mené un programme de vaccination. C'était vraiment surprenant, mais nous avons vite compris que c'était parce que de nombreuses personnes avaient une alimentation peu nourrissante».

La majorité des gens qui vivent, comme Marcelline Komia, dans le sud-ouest de la RCA se nourrit essentiellement de manioc, qui a une très faible valeur nutritive. «Nous n'avons jamais cultivé ou mangé autre chose. Je ne sais rien cultiver d'autre» dit Marcelline.

Dans les petits marchés de la région, on peut trouver une grande variété de fruits et de légumes à vendre: des mangues, des patates douces, des avocats, des épinards, tous sont très nourrissants. Mais les gens comme Marcelline n'achètent pas ces produits parce qu'ils sont trop chers et qu'ils n'ont pas l'habitude de les manger.

Il y a également le problème des diamants. Pendant plus de 20 ans, le sud-ouest de la RCA a été une source de diamants pour l'exportation sur les marchés mondiaux. Une chute de 33% de prix de la pierre précieuse sur les marchés internationaux, suivie d'une baisse de la demande causée par le mauvais climat économique ont coïncidé avec une restructuration de l'industrie en RCA.

Voici, d'après le Dr Michel Yangakola, la cause de la malnutrition dans la région: «Depuis deux générations, les gens d'ici vivent de l'exploitation des mines. De nombreux fermiers ont arrêté de cultiver car c'était plus rentable de chercher des diamants». Il ajoute: «le résultat est qu'il y a moins de nourriture produite et que celle-ci est moins variée. Quand il y a moins de nourriture, les gens ont faim et souffrent de malnutrition. Aujourd'hui, il y a aussi moins d'argent dans la communauté, donc même si les denrées sont disponibles sur le marché, très peu peuvent se les offrir».

Il y a dans la région de nombreux centres de nutrition financés par le Service d'aide humanitaire de la Commission européenne. La responsable du bureau d'ECHO en RCA Muriel Cornelis a déclaré «nous pouvons établir un lien direct entre l'achat de diamants dans les villes riches du monde développé et la malnutrition des villageois dans un des pays les plus pauvres du monde. Nous pouvons faire de notre mieux pour traiter la malnutrition et sauver des vies à court terme, mais il est vital de mettre en place un développement plus large dans cette région».

Marceline et ses enfants resteront vraisemblablement encore quatre semaines dans ce centre de nutrition. Elle pense retourner chez elle cultiver du manioc mais il est à craindre qu'elle ne revienne au centre dans peu de temps.

Daniel Dickinson

Regional Information Officer

Décembre 2009