CAR

République Centrafricaine: Des déplacés rentrent chez eux malgré le manque de sécurité

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
BANGUI, 24 février (IRIN) - Des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays, originaires de Bozoum (à 384 km au nord-ouest de la capitale, Bangui) ont commencé à rentrer chez elles après que le gouvernement, soutenu par les forces alliées, ait repris cette ville le 13 février, a rapporté, le 22 février, la station officielle Radio Centrafrique.
« A l'heure o=F9 nous parlons, un calme précaire règne à Bozoum, » a déclaré à la station Jean-Pierre Sacko, sous-préfet de Bozoum.

20 000 habitants de Bozoum ont fui leur domicile pour se cacher dans le maquis depuis le 19 décembre 2002, lorsque les rebelles fidèles à François Bozizé, ancien chef d'état-major de l'armée régulière, ont occupé la ville.

Depuis lors, le manque d'accès à cette population déplacée a rendu impossible l'apport de toute aide humanitaire.

M. Sacko a, par ailleurs, ajouté que ces personnes déplacées sont rentrées chez elles alors que la sécurité n'est pas encore rétablie dans la ville. Il a demandé au gouvernement de dépêcher des forces de police et de gendarmerie pour garantir l'ordre public et la sécurité. Il a précisé que quelques rebelles, qui ne connaissent pas la région, continuent de se cacher dans des habitations abandonnées ou encore dans les montagnes environnantes. M. Sacko a indiqué que ses services, des organisations de jeunesse ainsi que la Croix-Rouge locale réfléchissent aux moyens d'enterrer les corps qui jonchent les rues de la ville afin d'éviter la propagation d'épidémies.

Interrogé sur le massacre présumé de Tchadiens et de musulmans par les forces gouvernementales et leurs alliés du Mouvement de libération du Congo, faction de la République démocratique du Congo, M. Sacko, qui s'est rendu à Bozoum le lendemain de sa libération, a affirmé n'avoir constaté aucune trace de ces présumés massacres.

Néanmoins, il a confirmé l'existence de tensions entre les Tchadiens et les habitants indigènes de Bozoum. Il en a attribué la cause aux rebelles qui, lors de leur occupation, ont protégé les Tchadiens mais maltraité les indigènes. Il a indiqué que des rencontres avec la population sont actuellement organisées en vue de dissiper les tensions.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003