CAR

République centrafricaine: Bangui dément la prise d'une ville du nord-ouest par les rebelles

Source
Posted
Originally published
BANGUI, 14 janvier (IRIN) - Le ministre adjoint de la Défense de la République centrafricaine (RCA), le général Xavier Sylvestre Yangongo, a démenti mardi les informations annonçant que les rebelles s'étaient emparés de la ville de Bouar, à 454 km au nord-ouest de la capitale, Bangui.
"Il s'agit (d'une allégation) scandaleuse et grossière. Bouar possède une très grosse garnison militaire", a-t-il lancé à IRIN. M. Yangongo réagissait ainsi aux articles d'un quotidien local, Le Confident, prétendant que les rebelles dirigés par le général François Bozizé, un ancien chef d'état-major de l'armée centrafricaine (actuellement en exil en France), avaient capturé la ville de Bouar.

Située sur la route principale reliant Bangui à la ville portuaire de Douala (Cameroun), par laquelle transitent la plupart des importations et exportations de la RCA, Bouar représente une ville stratégique, disposant d'une piste d'atterrissage et d'une ancienne base militaire française transformée en camp d'entraînement de l'armée centrafricaine.

Bouar est la capitale du Nana Mambere, une province voisine de celle d'Ouham Pendé, qu'occupent en partie les rebelles. Les forces gouvernementales et leur allié, le Mouvement de libération du Congo, ont repris Bozoum (à 384 km au nord-ouest de Bangui), la capitale de la province de l'Ouham Pendé, le 20 décembre dernier. Bozoum se trouve, en fait, à une centaine de kilomètres à l'est de Bouar.

Le général Yangongo a rappelé que la province du Nana Mambere accueille de nombreuses personnes déplacées provenant de l'Ouham Pendé. "La situation humanitaire est catastrophique dans cette zone", dit-il, en déplorant que les ONG humanitaires ne viennent pas en aide à ces déplacés. Les agences humanitaires des Nations Unies négocient encore avec le Gouvernement centrafricain, de même qu'avec les rebelles, afin d'accéder aux zones
isolées qu'ils contrôlent.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003