CAR

Nana-Outa: La MINUSCA et les autorités locales se mobilisent pour la consolidation de la paix et la gestion de conflits liés à la transhumance

ABDOURAHMANE DIALLO

Dans la Nana-Gribizi, le bureau régional de la MINUSCA travaille en étroite collaboration avec les autorités locales et les leaders communautaires pour prévenir et gérer pacifiquement les conflits liés à la transhumance, ainsi que les tensions intercommunautaires qui en découlent. C’est dans ce cadre qu’une forte délégation du bureau régional de Kaga-Bandoro, comprenant le chef de bureau Alessandra Trabattoni et le Commandant de Secteur de la Force de la MINUSCA, Brig Gen. John Baptist Ngiruwonsanga, accompagnés des représentants du Comité de mise en œuvre préfectoral (CMOP) de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation (APPR), du commandant de la Gendarmerie, et des autorités locales, a effectué, le 13 janvier 2022, une mission de consolidation de la paix à Ouandago, dans la nouvelle sous-préfecture de Nana-Outa. Au cours de cette mission, la délégation conjointe a eu deux rencontres séparées avec, d’une part, les personnes déplacées internes sur le site situé à la périphérie de Ouandago, et d’autre part, les représentants des éleveurs transhumants au domicile du Maire-Adjoint de Ouandago.

Les deux groupes rencontrés ont réaffirmé leur volonté d’accompagner le processus de paix en se conformant aux dispositions de l’ Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation (APPR) et aux lois de la république, notamment en ce qui concerne le respect des couloirs de transhumance, et la nécessité d’éviter les conflits avec les agriculteurs, qui naissent souvent de la destruction des champs et des vols de bétail.

Le représentant des éleveurs, Mahamat Sambo, a notamment affirmé qu’ils ont mis en place un mécanisme de gestion des conflits liés à la transhumance et qu’ils sanctionnent les éleveurs qui sont responsables des destructions de champs. « … Si un éleveur détruit volontairement les champs, nous avons mis en place un mécanisme de sanctions. Par ailleurs, nous sensibilisons tous les éleveurs au respect des couloirs de transhumance », a-t-il déclaré, avant d’ajouter que « la situation sécuritaire s’est beaucoup améliorée grâce à la présence de la MINUSCA, notamment les patrouilles régulières le long des axes. ».

Pour sa part, le représentant des personnes déplacées, Aboubakar Bakar, s’est plaint des harcèlements et attaques perpétrées de temps en temps par des personnes présumées appartenir au groupe dit d’auto-défense. avant de remercier les autorités locales pour leur soutien face aux groupes dit d’auto-défense.

Le commandant de Secteur , Général John Baptist Ngiruwonsanga. a indiqué que la Force de la MINUSCA fera tout son possible pour assurer la protection des civils, et a souligné que pour assurer le retour à une paix durable, il est essentiel que tous les partenaires, MINUSCA, Gouvernement, autorités locales et populations travaillent ensemble, main dans la main.

Pour leur part, l'Abbé et l’Imam qui représentaient le CMPO ont tous les deux insisté sur la nécessité de travailler sur la cohésion sociale et le vivre-ensemble.

Enfin, le chef de bureau de la MINUSCA, Alessandra Trabattoni, a mis l’accent sur la contribution de tout le monde pour la consolidation de la paix. « La MINUSCA est ici pour accompagner les centrafricains dans la consolidation de la paix et la stabilisation de leur pays. Nous comptons donc sur la contribution de tout le monde pour faire avancer le processus de paix » a-t-elle conclu.