CAR

Mala : Reconstruire le tissu social à travers la culture de la paix

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

PRINCE YANNICK EDOUA

A l’instar des autres sous-préfectures de la République centrafricaine, la ville de Mala dans la préfecture de Kémo (Centre de la Centrafrique) a vécu une crise qui a déchiré son tissu social et rendu difficile la cohabitation entre ses communautés. La situation est d’autant plus particulière pour cette ville perdue au milieu de nulle part, avec des infrastructures routières qui n’y facilitent pas l’accès des représentants de l’Etat et des travailleurs humanitaires.

La MINUSCA, malgré la situation sécuritaire très volatile de la zone, a organisé ce vendredi 15 mai 2020, dans les locaux de la sous-préfecture, un atelier de réflexion sur la culture de la paix, avec une soixantaine de personnes dont les autorités locales, les leaders religieux, les représentants de la jeunesse et des femmes. L’objectif de cette rencontre est d’ancrer la culture de la paix et du vivre-ensemble dans les habitudes des populations, afin de reconstruire le tissu social mis à mal par la crise.

L’Organisation des femmes centrafricaines (OFCA) à Mala sensibilise déjà la population sur les valeurs à promouvoir pour une paix véritable, la cohésion sociale et la réconciliation entre les communautés à travers le dialogue et le pardon. « Nous nous mettons proches de la population à travers différentes activités de promotion de la paix, mais cela ne suffit pas encore. Nous n’aurons la paix que quand les gens auront arrêté de se rendre justice eux-mêmes et pardonner à leurs prochains », a dit Jeanne Ngate, une des responsables de l’organisation féminine.

Pour sa part, Noël Josué Zokonou, responsable de la jeunesse du 2ème arrondissement, lance un appel de détresse à l’endroit du Gouvernement et des partenaires, à qui il demande d’accroître leur présence dans cette sous-préfecture, afin d’accompagner les jeunes à devenir acteurs de la paix et non à demeurer des moteurs de conflits.

Les participants ont réitéré leur total engagement pour la lutte pour la paix, la cohésion sociale et le vivre-ensemble dans leur localité.