CAR + 4 more

LRA Crisis Tracker - L'état de la LRA en 2016 - mars 2016

Format
Analysis
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

SOMMAIRE EXÉCUTIF

En 2015, les forces de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) étaient actives en République Centrafricaine (RCA), dans la République Démocratique du Congo (Congo/RDC), au Soudan du Sud, et dans l’enclave disputée de Kafia Kingi à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. La LRA a enlevé 612 personnes dans 203 attaques en 2015, une légère diminution par rapport à 2014, bien que le nombre d’enlèvements était plus élevé qu’ils ne l’étaient en 2012 ou 2013.

La première section de ce rapport se concentre sur les différents niveaux de violence de la LRA et analyse comment les attaques et les enlèvements de la LRA varient considérablement au niveau local depuis ces dernières années. Des variations observées au niveau local reflètent l’évolution des stratégies de survie de la LRA sous la direction du leader Joseph Kony et de ses forces de combat qui sont en baisse. En particulier, les forces de la LRA continuent de délaisser les méthodes de pillages extrêmement violentes et utilisent des stratégies de survie plus indulgentes comme l’extorsion de nourriture et de provisions auprès des communautés, et l’utilisation du trafic illégal d’ivoire, d’or, de diamants, et du cash pour acheter des provisions. Cependant, une hausse des attaques aggressives dans l’est de la RCA en Janvier 2016 dérange cette tendance, mettant l’accent sur la menace pressante que les combattants de la LRA posent aux civils.

La deuxième section de ce rapport examine la composition de la LRA, y compris la preuve que plusieurs commandants opèrent maintenant indépendamment de Kony. On y analyse également les tendances dans le nombre de défections de combattants Ougandais, qui forment le noyau de la LRA. Enfin, cette section contraste le recrutement continu d’enfants par la LRA pour les forcer à devenir des soldats et des travailleurs et aussi les libérations périodiques de groupe de très jeunes enfants et leurs mères.

La troisième section présente la LRA dans un contexte national dans les différents pays où elle est le plus active, en examinant comment le groupe rebelle créé l’instabilité et s’en nourrit en RCA, au Congo et au Soudan du Sud. Enfin, la conclusion de ce rapport projette ce que les communautés affectées par la violence de la LRA peuvent attendre de l’année 2016.