CAR

Le Système des Nations Unies et les Partenaires de la RCA viennent en aide aux populations sinistrées, après les dernières pluies diluviennes

Depuis le dimanche 21 août, les victimes des dernières inondations de Bangui reçoivent gratuitement de l'eau potable. Deux jours plus tôt, la Coordination Humanitaire du Système des Nations Unies (SNU) avait remis au Comité de Direction de la Croix Rouge Centrafricaine des dons en matériel, composé de 10.000 jerricanes de 10 litres, 6.000 comprimés de purification d'eau et 484 lampes à pétrole, pour répondre aux besoins sanitaires immédiats des 14.517* victimes.
Une distribution symbolique de cette eau potable a été organisée ce 21 août dans le 6ème arrondissement (Pétévo), en présence de la Ministre des Affaires Sociales, du Ministre Délégué à l'Equipement, du Coordonnateur Humanitaire a.i. du SNU, de la Fédération Internationale de la Croix Rouge et de la Croix Rouge Centrafricaine (CRCA). La Ministre des Affaires Sociales a exhorté les populations à observer des mesures d'hygiène responsables et à adopter un comportement citoyen, afin de réduire les risques d'épidémies et garantir aux victimes l'accès à cette assistance. La distribution gratuite de l'eau potable a été rendue possible grâce à la mobilisation du gouvernement centrafricain, de la CRCA et l'engagement de tout le Système des Nations Unies. C'est ainsi qu'un camion citerne des Travaux Publics et des cuves de la Coordination Humanitaire, pouvant contenir jusqu'à 1.000 litres d'eau, ont été réquisitionnés. Le procédé est simple : Le camion citerne des Travaux Publics s'approvisionne en eau à partir de la Société de Distribution d'Eau Centrafricaine (SODECA) et livre toutes les cuves qui font ensuite le tour des zones sinistrées. L'achat de l'eau par la Coordination Humanitaire à la SODECA et la mobilisation des volontaires de la CRCA permettent aujourd'hui aux victimes de s'approvisionner en eau potable à raison de 15 litres par habitant et par jour.

Parallèlement, le gouvernement centrafricain a mis en place une Coordination nationale composée des départements ministériels, confessions religieuses et de la société civile. Le Génie militaire a été mis à contribution pour le curage des canalisations existantes bouchées et le drainage des eaux, de même que 140 hommes de troupes de la Gendarmerie Nationale pour accompagner et sécuriser la distribution des dons sur le terrain.

Depuis le 6 août, les habitants de Bangui sont constamment perturbés par des pluies diluviennes qui ont déjà fait plus de 14.000 victimes. Tous les 8 arrondissements de Bangui sont touchés, de même que les villes voisines de Bégoua et Bimbo. Les 6ème (3.027 personnes touchées) et 7ème arrondissement (1.226 personnes) sont les plus affectés. De plus, ce sont les habitations construites dans des zones marécageuses, sans plans d'urbanisation, qui ont été les plus endommagées. Ça et là, ce sont des maisons totalement ou partiellement détruites, et des maisons inondées parfois jusqu'à hauteur des genoux. Certains puits d'eau et latrines ont été envahis par les eaux de pluies, rendant insupportables les conditions d'hygiène pour les habitants de ces quartiers.

La Croix Rouge Centrafricaine a lancé un appel d'urgence aux partenaires de la RCA le 10 août et depuis, le Système des Nations Unies, les partenaires bilatéraux et multilatéraux, de même que les ONG internationales ne ménagent aucun effort pour apporter et coordonner l'aide disponible. MSF, COOPI, l'Union Européenne, la Fédération Internationale de la Croix Rouge, le CICR et toutes les agences des Nations Unies (PAM, OMS, UNICEF, UNFPA, HCR, BONUCA et PNUD) se réunissent régulièrement pour partager les informations disponibles et faire le point sur la situation. Des descentes sur le terrain ont permis de mesurer l'étendue des dommages subis.

Les premiers rapports de la Croix Rouge mentionnaient le chiffre de 9.000 personnes affectées, mais la dernière évaluation de l'organisation du 18 août avance le chiffre de 14.517 victimes, dont 3.066 hommes, 4.494 femmes, 4.000 garçons de moins de 15 ans et 2.957 filles de moins de 15 ans. 1.082 maisons ont été totalement détruites, tandis que 1.525 le sont partiellement.

Ces chiffres risquent d'augmenter en raison de la saison des pluies. D'après les services météorologiques de l'ASECNA (Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar), la ville de Bangui sera perturbée par de fortes pluies et des orages jusqu'en octobre.

La prévention des maladies et épidémies liées à cette crise (paludisme, choléra, maladies hydriques, dysenterie bacillaire) est l'une des préoccupations de la Croix Rouge Centrafricaine et des partenaires de la RCA, de même que la recherche de solutions durables. Dans les jours qui suivent, le Système des Nations Unies (SNU) mettra à la disposition des victimes des médicaments antipaludéens et des kits médicaux d'urgence pour répondre aux besoins de 20.000 personnes pendant 3 mois. Des dispositions ont été prises avec MSF pour pouvoir assurer la prise en charge des éventuels cas de choléra. Les formations sanitaires, avec l'appui du SNU, disposent déjà de kits de santé de la reproduction pour la prise en charge de 10.000 personnes (prévention et traitement des MST/IST, accouchement). Le SNU appuie également le Ministère de la Santé pour la surveillance épidémiologique, en prévision des épidémies. Enfin, la couverture vaccinale des enfants de moins de 5 ans contre la rougeole sera assurée.

La Fédération Internationale de la Croix Rouge entend davantage investir dans des travaux d'assainissement de la ville de Bangui (curage des canalisations et drainage des eaux). C'est ainsi qu'elle a octroyé à la CRCA une aide de 40.000 F suisse (environ 16,7 millions de FCFA). Ces fonds ont permis l'achat de couvertures, sceaux, savons, casseroles et du matériel d'assainissement. L'Union Européenne, pour sa part, poursuit la construction de canalisations.

Pour accompagner toutes ces actions prises, les communicateurs du SNU travaillent avec la presse nationale et internationale. Des séances de sensibilisation auprès des populations ont démarré depuis le 19 août, et l'information des autorités et partenaires se poursuit. Sachant que les conditions d'hygiène dans les zones sinistrées sont extrêmement difficiles, l'accent est mis sur la prévention des maladies et la consommation d'eau potable. Il est formellement interdit aux habitants de consommer l'eau des puits. La sensibilisation porte également sur le traitement des déchets domestiques qui sont souvent déversés dans les canalisations, entraînant leur obstruction et donc inutilité lors des fortes pluies.

Le gouvernement centrafricain est conscient que des solutions durables doivent être trouvées, face à ces constructions en terre battue dans des zones marécageuses et des canalisations inappropriées. C'est à la fois dans l'urgence et sur le long terme qu'il faut agir pour éviter une situation similaire pendant la saison des pluies de 2006.

Note

* Chiffres de la Croix Rouge Centrafricaine

Contact :

Maurizio Giuliano: maurizio.giuliano@undp.org
Julie Kazagui: julie.kazagui@undp.org

Disclaimer

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.