CAR

Le président Touadera s’engage dans la relance de la filière coton à Bosssangoa

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le Président de la République Centrafricaine, Faustin-Archange Touadera, a procédé, le vendredi 3 février 2017, au paiement des cotonculteurs de 61 groupements pour un montant de 400 millions de F CFA, grâce à un appui de la banque mondiale. Ce geste du Chef de l’Etat consacre l’ouverture solennelle de l’opération d’apurement des arriérés pour la relance durable de la production de coton dans toutes les zones de production dans le pays.

En présence du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et Chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, du Premier ministre, Simplice Mathieu Sarandji, de quelques autres membres de son gouvernement et des autorités religieuses et traditionnelles ainsi que des populations des différentes préfectures de l’Ouham et de l’Ouham Pendé, le chef de l’Etat centrafricain a engagé son équipe dans la diversification des choix et de la filière agricole.

« Cette action ouvre la voie aux reformes des filières agricoles que je veux rendre productives et compétitives durant mon mandat. Il s’agit outre la filière coton, les filières café et cacao, le palmier à huile, la canne à sucre, sans oublier les oléagineux pour parer aux importations d’huile alimentaire dont dépendent 95% des besoins nationaux et les filières vivrières pour assurer la sécurité alimentaire et ouvrir le surplus sur les marchés des sous régions », a-t-il indiqué.

Concernant la situation sécuritaire en Centrafrique, le Président Touadera a vivement remercié la MINUSCA pour ses actions, notamment le Pré-DDR à Bossangoa et a invité ses compatriotes à dire non aux groupes armés.

« Je me réjouis de l’amorce du DDRR à Bossangoa, marqué par l’engagement des jeunes anciens combattants qui sont désormais des apprentis dans le domaine de menuiserie, de maçonnerie et bientôt de maraichage. Je félicite et je remercie la MINUSCA et les autorités locales qui se sont impliquées. C’est cela le chemin du retour à la paix durable. Du haut de cette tribune de Bossangoa, je lance un appel pressant à tous les hommes politiques, à tous les fils et filles de Centrafrique pour une union sacrée comme nous l’avons démontré à Bruxelles pour dire non aux groupes armés qui sont encore actif dans certaines de nos régions », a-t-il déclaré.

Le maire de Bossangoa, M. Pierre Dénamguéré, a quant à lui, saisi cette occasion pour exprimer au chef de l’Etat, les besoins et les doléances des populations parmi lesquels figurent « le redéploiement de l’administration publique, la protection de la population, les infrastructures éducatives et sanitaires, l’eau, l’électricité, la dégradation des routes, le chômage, l’insécurité alimentaire… »

Il faut préciser que dès son arrivée, le jeudi 2 février 2017 à Bossangoa, le Président centrafricain, a présidé un conseil des ministres et a assisté à une rencontre de football qui a été remportée par l’équipe locale opposée aux ex-combattants du Pré-DDR sur le score de 1 but à 0.