L'accès humanitaire et la protection des civils entravés en République Centrafricaine

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 12 Sep 2017

Bangui, le 12 septembre 2017 – Le Coordonnateur humanitaire en République centrafricaine, Najat Rochdi, condamne l'attaque ciblée contre les civils et les organisations humanitaires à Batangafo. Elle appelle au respect du droit international humanitaire ainsi qu'à un accès humanitaire libre.

Le 7 septembre à Batangafo, un groupe d’hommes lourdement armés a attaqué la base d’une ONG internationale qui abritait plusieurs organisations humanitaires ainsi que de nombreuses familles déplacées.

A plusieurs reprises les personnels humanitaires ont reçu des menaces de mort. La base a été entièrement pillée. Les personnes déplacées ont été contraintes à nouveau de fuir. Face à cette énième vague de violence, la quasi-totalité des organisations humanitaires présentes à Batangafo a relocalisé ses personnels à Bangui et a donc dû suspendre temporairement ses activités. Au moins 28 000 personnes déplacées seront donc privées de l’aide humanitaire dans cette zone.

Le Coordonnateur humanitaire en République centrafricaine, Najat Rochdi, met en garde les auteurs de ce regain de violence sur les multiples conséquences de leurs actes et déclare : « j'exhorte toutes les parties au conflit à respecter le droit international humanitaire et à assurer la protection des civils et j’en appelle à leur conscience pour nous permettre d’apporter l’assistance d’urgence ». « Je demande à toutes les parties de respecter leurs obligations relatives à la protection des civils et je les appelle à ne pas entraver la liberté de mouvements des acteurs humanitaires ». Najat Rochdi a saisi cette occasion pour réitérer les principes de neutralité et d’impartialité qui guident l’action humanitaire.

La persistance de l’insécurité et des violences continue d’entraver l’accès humanitaire. Depuis le mois de juillet 2017, l’augmentation du nombre des attaques perpétrées contre les humanitaires a contraint plusieurs organisations humanitaires à suspendre leurs activités dans différentes régions du pays et à transférer leurs personnels à Bangui.

En République centrafricaine, la protection des civils reste l’un des défis majeurs. A cause de l’insécurité 600 000 centrafricains sont déplacés à l’intérieur du pays et 2,4 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire pour survivre. Aujourd’hui, le Plan de réponse humanitaire 2017 qui est chiffré à 497 million de dollars américains pour sauver des vies et atténuer les souffrances n’est financé qu’à 30%.

Pour plus d’informations, veuillez contacter OCHA RCA

Daniel Ladouceur Chef de bureau Adjoint, +236-75-925563, ladouceur2@un.org
Virginie Bero Assistante l’ Information publique +236 70 17 76 25, berov@un.org
Les communiqués de presses d’OCHA sont disponibles sur www.unocha.org ou www.reliefweb.int

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.