CAR

La RCA redynamise les effectifs de sa Police et de sa Gendarmerie

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

La Crise socio-politique en République centrafricaine a affecté la quasi-totalité des institutions de l’Etat, y compris les Forces de Sécurité intérieure (FSI) à savoir la Gendarmerie et la Police nationales, lesquelles ont été davantage affaiblies en raison du pillage et des actes de vandalisme de leurs infrastructures, équipements, documentation et archives.

De plus, les derniers recrutements remontent à 2010, pour la Police, et 2011, pour la Gendarmerie, entrainant un déficit criard en ressources humaines. Ayant fait le constat de cette situation, le Conseil de Sécurité, dans la Résolution 2301/2016, a prescrit en son point 34 B-4, le recrutement et la formation de 500 policiers et gendarmes pour renforcer les effectifs des deux institutions.

Ce mardi 31 janvier 2017, le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique et de l’Administration du territoire, Jean Serge Bokassa, a procédé au lancement officiel de cette campagne, en présence de son homologue de la Défense, Joseph Yakete, et du Commissaire par intérim de la Police de la MINUSCA, Soulemanou Ngamsou.

Jean Serge Bokassa a expliqué que « c’est la première étape d’un long processus. Cette année, nous recrutons 500 policiers et gendarmes. L’année prochaine, nous envisageons d’en recruter 1000 et en 2019, également 1000. L’objectif est de procéder à la redynamisation des effectifs de la police et de la gendarmerie ».

Le ratio actuel de la RCA est d’un policier pour 1300 Centrafricains. Avec les départs à la retraite, ce rapport sera encore plus alarmant. La présente campagne vient donc remédier à cette situation. « Le nombre de 500 recrues est insuffisant, vu les besoins », a souligné Jean Serge Bokassa.

Les candidatures seront enregistrées à Bangui et dans les chefs-lieux des préfectures sur toute l’étendue du territoire, du 1er au 28 Février. Les critères pour être candidat sont d’être de nationalité centrafricaine, être de bonne moralité, être âgé de 18 à 25 ans au moment du dépôt du dossier, être apte physiquement et mentalement et être au moins titulaire du brevet des collèges. Des épreuves vont suivre les dépôts des candidatures, avant la proclamation des résultats. Par ailleurs, les candidatures féminines sont fortement encouragées, afin de corriger l’inégalité qui a prévalu jusqu’à présent entre les hommes et les femmes dans ces institutions.

Le ministre de l’Intérieur a enfin affirmé que des mesures sont prises pour éviter la corruption dans le processus et pour assurer la participation des centrafricains de toutes les préfectures et également, celle des femmes.

Il convient de souligner que le présent recrutement s’inscrit dans le cadre du Plan de développement de la Police et de la Gendarmerie conçu par la UNPol conformément à son mandat. Pour s’assurer du bon déroulement du processus, la MINUSCA met à disposition son expertise technique, participant entre autres dans les comités techniques mis sur pied à cet effet.

En prélude à ce recrutement, la Police de la MINUSCA a aussi entrepris une formation des formateurs au profit d’une cinquantaine de policiers et gendarmes centrafricains, notamment en vue de doter les Ecoles Nationales de Gendarmerie et de Police en formateurs de qualités. Cette formation se déroule en deux vagues avec, entre autres modules dispensés, « Ethique et déontologie, techniques de communication, pédagogie, l’andragogie, planification d’une activité de formation et notions sur les droits de l’homme ».