La République centrafricaine n'en peut plus de « souffrir inutilement » aux mains des rebelles, dénoncent les évêques

Report
from Caritas
Published on 20 Feb 2013 View Original

Les évêques de la République centrafricaine ont lancé un appel désespéré à la communauté internationale et à leur gouvernement, les suppliant de venir en aide aux communautés qui vivent dans la terreur à cause des rebelles.

Le pays est instable depuis début décembre 2012, quand la Seleka, une coalition de cinq factions rebelles distinctes, a commencé son avancée depuis le Nord. Ses membres sont accusés de violations des droits de l'homme et, plus particulièrement, d'utiliser le viol comme arme de guerre. Les communautés qui ont été « prises en otage » par les rebelles ont été coupées de toute forme d'aide, tandis que les organisations humanitaires ne conduisent que des activités limitées.

« Plusieurs régions de la République centrafricaine sont occupées par la coalition de la SELEKA », expliquent les évêques dans un message de quatre pages. « Dans ces zones, les gens sont des otages, ils vivent dans la peur, ils fuient dans la brousse et abandonnent leurs champs. Les malades sont livrés à eux-mêmes, les hôpitaux sont fermés ou ont été entièrement détruits et les écoles ont été pillées ».

Dix évêques ont signé le message, notamment l'archevêque Dieudonné Nzapalainga, Président de Caritas République centrafricaine. Ils ont rédigé le message après que les accords de paix conclus à Libreville en janvier soient restés lettre morte.

« Les populations n'en peuvent plus de toutes ces souffrances inutiles et dévastatrices », déclarent les évêques. « Le peuple de la République centrafricaine a le droit de vivre en paix dans son propre pays et de vaquer tranquillement à ses affaires ».

Les évêques exhortent le gouvernement et la communauté internationale à rouvrir les routes pour que l'aide puisse être acheminée, à rétablir les réseaux téléphoniques, à lancer une enquête internationale pour que tous ceux qui ont commis des crimes soient traînés devant la justice, et à garantir la sécurité des communautés. Les évêques exhortent aussi les rebelles à mettre fin aux viols, aux tueries et aux actes de vandalisme qu'ils font subir aux communautés.

Caritas demande 635 000 USD (468 000 euro) pour un programme de six mois qui commencera en février et aidera des personnes vulnérables en République centrafricaine. Le programme aura pour objectifs de fournir des vivres et divers articles à des familles, d'apporter un appui médical et psychologique et d'améliorer les infrastructures et les moyens d'existence. Quelque 850 familles démunies (plus de 4 000 personnes) recevront des kits sanitaires de base et des articles ménagers.

Jusqu'à 5 000 personnes déplacées suite aux événements, et malades ou blessées, bénéficieront de soins. Les femmes enceintes et les jeunes enfants seront vaccinés contre la rougeole et la méningite et recevront des moustiquaires pour se protéger du paludisme.

Dans chaque communauté, Caritas formera des auxiliaires capables d'effectuer les vaccinations, de repérer les signes de la malnutrition et de dispenser les premiers soins. Caritas proposera un accompagnement et un soutien psychologique aux femmes qui ont été victimes de violences sexuelles.

Dans le cadre d'un projet ciblant un vaste éventail d'infrastructures, Caritas remettra en état des puits, des banques alimentaires, des écoles et des latrines. Pour aider les populations à retrouver leur autonomie après les désordres qui ont bouleversé leur vie, Caritas distribuera aux familles des semences et des outils afin qu'elles puissent reprendre leurs activités agricoles.

Contacter Michelle Hough, chargée de la communication, au +39 334 234 4136 ou hough@caritas.va