CAR

La MINUSCA disposée à poursuivre le soutien au gouvernement dans la lutte contre la Covid-19

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), réaffirme sa disponibilité pour continuer à “accompagner le gouvernement centrafricain dans la lutte contre la pandémie de COVID-19”. L’annonce a été faite mercredi au cours de la conférence de presse hebdomadaire, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la Santé, célébrée le 7 avril, et au moment où le ministère de la Santé publique fait état d’une « hausse des contaminations locales des cas de Covid-19”.

Lors de ce point de presse, le porte-parole de la mission, Vladimir Monteiro, a annoncé qu’au moment où le gouvernement centrafricain se prépare à « lancer son programme de vaccin contre la Covid-19 », la MINUSCA reste « disponible à apporter son soutien notamment aux plans logistique et, si nécessaire, sécuritaire, pour permettre la libre circulation des agents de santé chargés de vacciner les populations ». Il a par ailleurs rappelé le soutien de la MINUSCA au gouvernement en coordination avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), depuis l’apparition du virus dans le pays en mars 2020.

Au total, « 7,5 millions de dollars, soit environ 4.125.000.000 de francs CFA, ont été disponibilisés par la MINUSCA dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 à Bangui et en provinces, dans le cadre du plan de réponse du Gouvernement, notamment en réorientant une partie du budget des projets à impact rapide et des fonds programmatiques », a dit le porte-parole. Selon lui, les actions multiformes ont notamment porté sur « le renforcement des capacités de contrôle à l’aéroport international de Bangui-Mpoko, la construction ou la réhabilitation de centres d’accueil et de traitement des patients, le don de tests de dépistage, l’amélioration de l’accès à l’eau pour la population, la dotation en produits d’hygiène, l’aménagement de centres de quarantaine, le transport et l’appui à la campagne de sensibilisation sur la Covid-19 ».

Par ailleurs, le porte-parole a fait savoir que, dans le cadre des contacts avec les Etats-membres de l’ONU, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en République centrafricaine, Mankeur Ndiaye, a achevé mardi une visite de travail en Russie. Durant son séjour, il a été reçu par Serguei Verchinine, vice-ministre des Affaires étrangères, et Mikhail Bogdanov, vice-ministre des Affaires étrangères et Conseiller Afrique et Moyen Orient du Président Vladimir Poutine. Leurs entretiens ont porté sur le mandat de la MINUSCA, la situation en République centrafricaine et la dimension régionale.

Faisant part, de son côté, d’une situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire centrafricain relativement calme, le porte-parole intérimaire de la Force de la MINUSCA, le Major Ibrahim Atikou, a indiqué que « le Commandant de la Force de la MINUSCA, Général Daniel Sidiki Traoré, a donné des instructions fermes pour la multiplication des longues patrouilles pour prévenir les attaques des groupes armés et protéger les populations". Ainsi au cours de la semaine passée, les casques bleus burundais ont sillonné les localités de Sibut, Grimari et Dékoa. De leurs côtés, les casques bleus pakistanais et népalais ont mené des patrouilles dans les villes de Ndélé et Bamingui.

Pour sa part, le porte-parole de la Police de la MINUSCA, le Commissaire Serge Ntolo Minko, a indiqué qu’en vue de restaurer la libre circulation sur les tronçons Kaga-Bandoro-Ndomete -Mbrès, les officiers de la police des Nations unies, les agents de la section des affaires civiles de la MINUSCA et les membres du Comité technique de sécurité (CTS) de Kaga-Bandoro se sont rendus, le 1er avril 2021 à Doukouma, village situé sur l’axe Mbrès, à 40km de Kaga-Bandoro. Lors de la rencontre avec les leaders communautaires et des groupes d’auto-défense, ils ont discuté de l’existence d’une barrière de groupes armés (ex-Séléka) à l’entrée de Kaga-Bandoro et Mbrés, la présence d'éleveurs armés, le non-respect des couloirs de transhumance et la collecte de taxes illégales aux barrières PK3 à Kaga-Bandoro et Mbrés. « Après en avoir fait le constat, il a été décidé le désarmement des éleveurs et la redéfinition des couloirs de transhumance », a informé le Commissaire Serge Ntolo Minko.

En ce qui concerne la situation des droits de l’homme, le porte-parole de la MINUSCA a indiqué que la MINUSCA a documenté 24 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté au moins 26 victimes. Par ailleurs « 21 violations graves des droits de l’enfant ont été également documentées par la MINUSCA dont 12 cas de violence sexuelle, 3 cas de recrutement et utilisation d’enfants par les groupes armés, deux enlèvements et deux attaques contre des écoles ».