CAR

La MINUSCA appelle les électeurs de Nana-Mambéré, Ouham-Pendé et Ouaka à aller s’inscrire sur la liste électorale

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

La MINUSCA a appelé mercredi les électeurs des préfectures de la Nana-Mambéré, de l’Ouham-Pendé et de la Ouaka où les centres d’enregistrement n’avaient pas ouvert notamment pour des raisons sécuritaires, à aller s’inscrire librement sur la liste électorale. La Mission proclame la « tolérance zéro pour tous les groupes armés qui tenteront de saboter l’opération d’enrôlement ».

« La MINUSCA a pris toutes les dispositions pour assurer la sécurisation de l’enrôlement des électeurs et des agents recenseurs dans les localités du nord-ouest et ailleurs où l’opération n’avait pas été menée », a indiqué le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro, en réponse aux nombreuses questions des journalistes sur la sécurisation de l’enrôlement. Selon le porte-parole, la Force, la Division Electorale de la MINUSCA et l’ANE se sont penchées la semaine dernière sur la question de la sécurisation.

De son côté, le porte-parole de la Force, le Commandant Issoufou Aboubacar Tawaye, a fait part des premiers résultats de cette coordination « à Bocaranga où l’opération d’enrôlement a démarré le 3 septembre dernier dans 33 centres sur 38 prévus ». « Conformément aux ordres élaborés en commun avec les FDS et UNPOL un dispositif de sécurisation important a été mis en place dans lequel la Force, en 3eme ligne assure un environnement sécurisé en utilisant ses véhicules pour l’appui-feu et la protection des équipes de l’Autorité nationale des élections (ANE), notamment dans les localités de Bocaranga, Niem, Besson, Ngaoudaye et Koui », a-t-il précisé.

Les bons offices de la MINUSCA, avec les rencontres mardi entre le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RCA, Mankeur Ndiaye, avec l’ancien président Michel Djotodia et la présidente de l’ANE, Marie-Madeleine Hoornaert, l’appel à tous les acteurs politiques pour un dialogue inclusif sur le processus électoral ainsi que la promulgation de la loi organique portant composition, organisation et fonctionnement de l’ANE ont également été évoqués lors de la conférence de presse.

Sur le plan sécuritaire, la MINUSCA exige la libération immédiate et sans condition des deux policiers pris en otage par le 3R dans l’Ouham-Pendé, dénonçant cette nouvelle violation de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA (APPR-RCA) qui engage les groupes armés signataires à renoncer à toutes les formes de violence contre les Forces de Défense et de Sécurité ainsi qu’aux exactions sur les populations civiles. La MINUSCA a d’ailleurs indiqué que les groupes armés sont les principaux auteurs présumés des 36 abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire documentés en août 2020, affectant 61 victimes. « Il s’agit d’une augmentation par rapport au mois de juillet (30 incidents et 56 victimes) », a dit le porte-parole, précisant que la pandémie de COVID-19 a fortement limité les activités de monitoring des droits de l’homme par la MINUSCA.

Le porte-parole de la Force, le Commandant Issoufou Aboubacar Tawaye, a déclaré que l’opération conjointe MINUSCA-FACA contre le 3R dans le nord-ouest de la RCA se poursuit avec plusieurs patrouilles offensives. « Plusieurs éléments des forces spéciales centrafricaines viennent d’y être déployés », selon le porte-parole militaire. La semaine dernière, les différents contingents de la MINUSCA ont mené 2681 patrouilles sur l’ensemble du pays, dont certaines avec les FACA, pour protéger les populations et prévenir les attaques des groupes armés.

Pour sa part, le porte-parole de la Police, le Capitaine Léo-Franck Gnapié a souligné que la collaboration avec les Forces de sécurité intérieure à Kaga-Bandoro, dans la Nana-Gribizi, a permis l’interpellation le 2 septembre de sept individus impliqués dans un vol de nuit en réunion. « Une enquête est ouverte à la Brigade territoriale avec l’assistance technique de UNPOL », a précisé le porte-parole. Il a également annoncé la remise par la MINUSCA, d’un certain nombre d’ouvrages aux écoles de police et de gendarmerie de la RCA, dont deux infirmeries totalement aménagées. L’appui s’inscrit dans la lutte contre le COVID-19 et est estimé à environ 65.779.650 francs CFA.