L’ONU appelle à un financement humanitaire d'urgence et à la protection des civils en République centrafricaine

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 04 Sep 2019

Bangui, 4 septembre 2019 - Ursula Mueller, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires et Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence a appelé à un financement supplémentaire urgent de la réponse humanitaire, afin de répondre aux besoins de 2,9 millions de personnes en République centrafricaine (RCA).

« J’ai été témoin du niveau de souffrance de la population affectée par cette crise particulièrement complexe », a déclaré Mme Mueller à Bangui après une mission d'une semaine en RCA. « La situation humanitaire dans ce pays continue de se détériorer. La plupart des personnes déplacées ont été contraintes de fuir à plusieurs reprises et ne peuvent pas rentrer chez elles en raison de l'insécurité persistante et du manque de services essentiels. Les pics de violence dans certaines régions du pays, qui avaient jusqu’à maintenant été épargnées par le conflit, créent de nouveaux déplacements et de nouveaux besoins humanitaires. »

Le nombre de personnes ayant besoin d'assistance humanitaire et de protection est passé de 2,5 millions à 2,9 millions cette année. Deux tiers de la population dépend de l'aide humanitaire pour survivre, tandis que plus de 70% de la population n'a pas accès à l'eau potable, et qu’1,8 million d’entre eux souffrent d'insécurité alimentaire.

Au cours de sa mission, la Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence s'est rendue à Bria, dans l'est de la République centrafricaine, mais aussi à Alindao et Bangassou, dans le sud-est du pays. Dans certaines régions, elle a noté une plus grande liberté de circulation de la population et un plus grand accès humanitaire, créant ainsi un nouvel espoir pour les civils. « Les personnes que j'ai rencontrées ont appelé à un meilleur accès aux services essentiels tels que l'eau, la santé et l'éducation. En ce moment critique, les acteurs du développement doivent mettre en place davantage de programmes, mais les humanitaires doivent également continuer à fournir l’assistance indispensable à la survie des populations affectées. »

Des dizaines de femmes touchées par la crise ont partagé avec Mme Mueller les nombreux défis et risques auxquels elles sont confrontées. « Les témoignages des femmes et des filles touchées par la violence basée sur le genre (VBG) m'ont consterné et bouleversé. Elles ont un besoin urgent de protection et les survivantes doivent absolument avoir accès à un soutien médical et psychosocial », a-t-elle déclaré. En moyenne, un incident présumé de violence basée sur le genre est signalé toutes les 60 minutes en République centrafricaine et 92% des victimes sont des femmes et des filles.

Mme Mueller a également rencontré des acteurs humanitaires qui fournissent une assistance vitale à plus de 750 000 personnes chaque mois. La RCA est l’un des pays les plus dangereux au monde pour les humanitaires et, jusqu'à présent, cette année, 3 travailleurs humanitaires ont été tués et 26 ont été blessés.

Au cours de sa visite, Mme Mueller a souligné l’importance cruciale de la protection des civils. « J'appelle toutes les parties à respecter les obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire et à cesser tout acte de violence à l'encontre des civils, mais aussi envers le personnel et les biens humanitaires. C’est un message que j’ai livré tout au long de ma mission, y compris lors de réunions avec des représentants de groupes armés », a déclaré la Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence. « Les victimes et les survivants, en particulier celles et ceux touchés par les violences sexuelles, doivent pouvoir bénéficier d’une justice équitable, et l'impunité doit cesser pour que cette société puisse se reconstruire. »

Alors que le conflit perdure, l’assistance humanitaire reste une bouée de sauvetage essentielle pour les nombreuses communautés affectées. « Je remercie les donateurs pour leurs généreuses contributions, mais il reste encore beaucoup à faire », a déclaré Mme Mueller. « Les bailleurs de fonds existants doivent accroitre leurs contributions pour la réponse humanitaire, mais nous avons également besoin de nouveaux donateurs pour soutenir davantage les efforts déployés ». Le Plan de réponse humanitaire de la RCA pour 2019 requiert 430,7 millions USD, mais est pour le moment financé à moins de 50%.

« Sans financement supplémentaire, les humanitaires ne seront pas en mesure de maintenir et d’intensifier la réponse en cours », a déclaré Mme Mueller. « C’est maintenant que la population de ce pays a besoin de notre aide et nous ne pouvons pas les laisser tomber. »

Pour plus d’information, veuillez contacter:
A Bangui : Laura Fultang, OCHA RCA, +236 70 18 80 64, fultangl@un.org
A Genève : Jens Laerke, +41 79 472 9750, laerke@un.org
A New York : Russell Geekie, +1 917 331 0393, geekie@un.org
Les communiqués de presse sont disponibles sur www.unocha.org ou www.reliefweb.int

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.