CAR

JIP 2020 : « Façonner la Paix » dans toute la Centrafrique

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

A l’instar des pays du monde, la RCA commémore la journée Internationale de la paix est célébrée les 21 septembre de chaque année dans le monde. A Bangui la capitale et dans les provinces du pays, diverses activités ont été menées sur le thème annuel mondial « Façonnons la paix ensemble ».

Par Ghislaine Atta et correspondants régionaux

Dans les huit arrondissements de Bangui ainsi que Bimbo et Begoua, 106 jeunes de 10 à 25 ans ont participé au grand jeu concours intitulé : « Façonne ta paix », organise par la MINUSCA Du 18 au 20 Septembre 2020. Après une étude minutieuse des œuvres par les membres du jury composé de quatre spécialistes du Ministère des Arts et de la Culture et du Conseil National de la Jeunesse, 15 jeunes ont été désignés gagnants. La cérémonie officielle de remise des prix aux lauréats est prévue pour le 24 septembre au centre Jean 23 de Bangui, lors d’une session de réflexion sur le thème « Comment appuyer les initiatives locales des jeunes pour la paix.»

A Obo, 20 leaders communautaire ont participé à la cérémonie officielle organisée dans la salle du centre de dépistage volontaire COVID-19 de la ville, présidée par le sous-préfet de Obo Dieudonné Yapoulela-Youffi, par ailleurs préfet par intérim de Haut Mbomou, en présence des autorités locales, religieuse, les ONG, leaders communautaires et populations. « Je profite de cette occasion pour lancer un appel aux Centrafricains du Haut Mbomou en général, et de Obo en particulier : l’heure n’est plus à la haine et à l’égoïsme, mais à façonner un monde sensible à la culture de la paix », a exhorté le préfet par intérim. La journée sera suivie par des séries d’activité, notamment des ateliers à Zemio avec la participation des éléments des groupes armés et des leaders communautaires.

Cap sur Bangassou dans le Mbomou, où l’accent a été mis sur la cohésion sociale et le vivre ensemble entre les familles d’accueil et les populations retournées. La célébration de la JIP 2020 s’est tenue sur le site de retour de déplacés de Tokoyo, dans le 3e arrondissement de la ville, où plus de 189 ménages viennent de s’installer. Le choix de Tokoyo était symbolique en ce sens que cet arrondissement reçoit depuis quelques mois de ménages qui ont volontairement quitté le site de la cathédrale considéré comme leur lieu de refuge depuis 2017 pour fuir les hostilités dans la ville de Bangassou et aux alentours. « L’année dernière Tokoyo était le centre des hostilités mais aujourd’hui, il est le site de paix, une paix que nous souhaitons durable parce qu’on est mieux que chez soi » a indiqué Jacqueline Kimomo, maire du 3e arrondissement de Bangassou à l’entame de la cérémonie qui a aussi permis à divers leaders communautaires de planter un « arbre de paix » dans la concession de l’Imam de la ville. « L’arbre de paix, ici un palmier, donne de l’huile, de l’ombre, on s’en sert pour fabriquer le balai, etc. Autant de vertus qui symbolisent la paix durable » à laquelle aspire chaque Centrafricain, a souligné Jacqueline Kimomo.

A Birao, Le préfet de la Vakaga, M. Leonard Mbelle, a exhorté tous les citoyens à remettre les armes pendant le processus de DDR en cours. Il a, par ailleurs, appelé tous les groupes ethniques à prendre part au processus de réconciliation.

Toujours dans la même localité, l’équipe d’engagement féminin du contingent zambien de la MINUSCA s’est unie aux femmes de Birao pour commémorer la Journée internationale de la paix. Un thème local a été défini, à savoir "Le rôle des femmes dans la construction de la paix". Le capitaine Sharon Namuchimba qui dirige l’équipe d’engagement féminin, a encouragé les femmes à s'impliquer activement dans le processus de paix du pays en jouant un rôle décisif dans la construction de la paix. Elle a, en outre, conseillé aux femmes de tirer profit de la paix qui règne à Birao en s'engageant dans divers projets d'autonomisation économique afin de contribuer à l'autonomisation de leurs familles.

Un atelier thématique d’information et d’échanges sur la citoyenneté, le processus électoral et les piliers de la culture de la paix à l’endroit des Femmes, des jeunes et des membres de la société civile s’est tenu, ce 22 septembre 2020 à Bossangoa, dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la Paix. Au nombre des sujets discutés, le processus électoral en cours, et la citoyenneté, les violences basées sur le genre, la cohésion sociale, entre autres.

C’est à travers une forte mobilisation que les 45 jeunes, femmes, leaders religieux, membres de groupes armés et de partis politiques, ont célébré la Journée Internationale de la Paix dans la Nana-Bakassa. Le sous-préfet de Nana-Bakassa, Jérôme Gouma, a remercié la MINUSCA pour ses multiples actions en faveur de la paix dans sa circonscription. « La population de Nana-Bakassa, vous en sont reconnaissant, la libre circulation devient maintenant réalité, nous demandons à la Minusca d’en faire d’avantage pour que la paix et la réconciliation reviennent définitivement dans la localité ». La consolidation de la paix et la réconciliation de la Centrafrique ne peuvent que venir des Centrafricains eux-mêmes, a, pour sa part, rappelé le chef de bureau par intérim de la Mission à Bossangoa, Enow Arrey Etta. « Les Centrafricains doivent savoir que la paix et la réconciliation ne peuvent venir que si la volonté ou les initiatives viennent d’eux-mêmes », a-t-il insisté. Des activités culturelles et un atelier sur la citoyenneté, le processus électoral et les piliers de la culture de la paix ont, par ailleurs, ponctué cette journée de célébration.