CAR

FSI : Anticiper les défis de sécurisation des centres et bureaux de vote

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

GHISLAINE ATTA

La police et la gendarmerie centrafricaines se préparent à faire face aux nombreux défis auxquels elles pourraient être confrontées durant le processus électoral. La Composante Police de la MINUSCA et le PNUD ont organisé, du 19 au 21 octobre 2020, à cet effet, un ensemble d’activités en vue de les préparer à relever ces défis.

« Dans tous les pays, des élections mal organisées et mal sécurisées entrainent toujours du désordre. C’est dans ce contexte que le PNUD et la MINUSCA ont organisé cette formation pour outiller les policiers et gendarmes dans le cadre de la sécurisation des élections à venir aussi bien à Bangui que dans l’arrière-pays », a indiqué le directeur de la Sécurité et de l’ordre public (DSOP), le Commissaire Divisionnaire Elie Beboye Mbailao.

C’était lors de la session pratique sur la sécurisation des centres et bureaux de vote, organisée ce mardi 20 octobre 2020 à l’école de police à Bangui, à l’intention de 100 éléments des Forces de sécurité intérieure (FSI) dont 30 femmes. Ces derniers ont été instruits sur le fonctionnement et l’organisation d’un bureau de vote, le rôle des FSI, les risques et leur évaluation en période électorale, entre autres.

Selon les explications du chef de l’unité Formation de la composante Police de la MINUSCA, Alioune Badara Sow, l’exercice du jour consiste en la mise en place de dispositifs sécuritaires et la simulation de quelques incidents dans un centre ou bureau de vote : une femme vulnérable en état de grossesse, un votant arborant l’effigie de son candidat, la découverte d’un engin explosif, le saccage du bureau de vote, la tentative de vol d’urnes ou encore un FSI venant voter en possession de son arme.

« Cette formation vient à point nommé, car dans peu de temps nous irons aux élections et nous devons les outiller et faire de sorte qu’ils soient capables, partout où ils seront déployés, de sécuriser le scrutin », s’est également réjoui le commissaire Mbailao.

Il est à noter que les différentes sessions de formations seront assurées dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’appui au renouvellement des FSI et du projet d’appui au processus électoral en Centrafrique (PAPEC).

Outre la sécurisation du vote (bureau de vote et escortes) en période électorale, le renforcement des capacités des policiers et gendarmes centrafricains s’étend à plusieurs autres domaines, notamment le renseignement, le maintien de l’ordre, la police de proximité et la protection des civils, la police judiciaire, la protection des hautes personnalités ainsi que la coordination et la supervision.