Evaluation Multisectorielle RRM (MSA) : Rapport Préliminaire (de Boguila/Sous-préfecture de Nangha-Boguila /Préfecture de l’Ouham)

Report
from Action Contre la Faim France, UN Children's Fund
Published on 30 Jan 2018 View Original

Contexte

Le mouvement des IDP a été causé suite aux nombreux foyers de tensions entre les groupes armés GSAM et la coalition GIM/GAU à Bodjomo,
Markounda et Paoua, respectivement le 29 décembre 2017 et le 02 janvier 2018.
Les combattants GSAM de Bodjomo, dans leur fuite auraient incendié des habitations à Boulo et Bogbété, et par crainte de représailles déclenchant ainsi, le mouvement des populations dans les villages sur le tronçon Bodjomo et Boguila. En parallèle, les habitants de Markounda centre, sont rassemblés sur les sites à l'église catholique et devant la base INS.
Boguila, de par sa position géographique, serait un creuset des IDP qui, lors de la MSA continue de les accueillir en provenance des zones de choc précédemment énumérées.
Le 20 janvier 2018, tôt le matin (5 heures), des hommes armés assimilés aux combattants GSAM ont fait incursion à Bondoro-ketté, sur l’axe Boguila-Boria-Markounda. Cette attaque serait des représailles au vol des bœufs à la suite duquel les bergers Peulhs auraient alerté ces GSAM à la rescousse. Des sources recoupées font état de 3 morts, de blessés et de bœufs d’attelage emportés. Ces habitants ont déserté la localité pour s’abriter en brousse et à Boguila.
Le lendemain (21 janvier 2018), sur le tronçon Boguila - Paoua, à Kébé, un autre groupe d’hommes armés auraient fait irruption, où 2 natifs dudit village auraient perdu la vie et des têtes de bétails emportés. A la lumière de ce qui précède, par petites vagues, depuis la semaine de saint Sylvestre, des personnes déplacées, en provenance de Kébé, Dodowa, Baria et Boya (sous-préfecture de Paoua), fuyant les groupes armés étaient signalées en familles d’accueil à Boguila.

Population :

Lors de la MSA, déjà 352 ménages déplacés soit 2338 IDP, ont été rapportés, avec un mouvement par petites vagues, en provenance des localités de choc et d’autres continuent à arriver à Boguila (selon les informations obtenues d’ONGI, des autorités locales, du chargé local de catastrophe naturelle (CRCA)).